0

Restez chez vous, la chronique de Maya (épisode 2)

crédit photo : RSF
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Print this pageEmail this to someone

Jeunes gens, bonjour.

On me la fait pas le coup du « je suis content de passer à la nouvelle année » : on change les calendriers -c’est une dépense-, on fait le bilan -c’est déprimant-, et parfois on le dépose après avoir fait les comptes -c’est pas encourageant-, le tout en se farcissant un mélange grand-maman « chocolat-dinde-huitres-pas-fraiches-mais-avec-du-citron-ça-cache-l’odeur ». Pas très ragoutant, tout ça.

Pourtant, malgré les cris et les pleurs, les manifestations et les rebellions, le Temps avec sa grande Taie a encore fait passer en force cette réforme autoritaire : le passage à la nouvelle année. 2009 s’est donc offerte à nous bras ouverts telle un Christ en pain de sucre, et nous prépare, je l’espère, que de la joie, du bonheur, de la paix, de l’amour et de l’humour sous de beaux ciels étoilés et non pollués.

Et cela dit, 2009 part avec de nombreux désavantages. Non contente d’avoir bénéficié d’un jour de plus, l’année 2008 s’était vue confier par dérogation spéciale la garde d’une seconde supplémentaire.

« Why this extra second? It exists because the rotation of the Earth on its axis,which determines the passing of days and nights, slows down over a long period, mainly as a consequence of Moon-Sun attraction effects. In addition, the Earth is affected by its internal (core, mantle) and external (atmosphere, oceans) constituents. Nowadays, though, time is measured by procedures impervious to our planet’s moods, thanks to around 250 atomic clocks belonging to several countries. Together they are used to calculate UTC. In addition, we have to consider that the length of the day is nowadays 2 ms longer than in the year 1820. »ftp://hpiers.obspm.fr/eop-pc/bul/bulc/leap_second.txt

Évidemment. On est cons.

Après le long XIXe siècle, voici la courte 2009. Handicap temporel, certes, mais 2008 a-t-elle été si extraordinaire que cela ? Que faire pour obtenir la vengeance sur la vie de notre nouvelle amie, l’année 2009 ? Créer une CEPH, une convention d’entrée prioritaire dans l’histoire ? Et bien non Ninon, point du tout Michou, que nenni Henri, loin s’en faut Roberto. Le Calamar vous explique pourquoi, en 2008, vous auriez dû rester chez vous.

  • Évidemment, si on vous dit 2008, vous vous attendez à ce que l’on vous parle de la crise. Raison essentielle de rester chez soi : vous n’avez pas de quoi vous payer une activité hors de votre domicile, ou alors pas d’argent à dépenser.
    Variante : n’ayant plus de domicile, la question de sortir ne se pose plus.
  • 2008, c’est évidemment les jeux olympiques de Pékin. Et puis la crise aussi. Hein. On fera comme si on a pas vu.
    Plus sérieusement, il ne fallait pas sortir de chez soi parce que ça ne servait à rien : c’était retransmis à la télé (qui en hommage à Pékin a été équipée d’une webcam cachée. Des trafics de DVD montrant les spectateurs les plus ridicules sont actuellement en cours en Asie du Sud-Est).
  • Pékin, droits de l’homme; 2008, les 60 ans de la DUDH. Et ben 2009 ce sera les 61ans ! 2010, encore mieux, les 62 ! Et alors 2017, je vous raconte pas. Donc 2008 pouet pouet camembert sur le Pont des Arts. (Mais soutenez Amnesty quand même.)
  • 2008, ce fut l’année de la politique. L’élection du président des Etats-Unis (yes we can), l’élection du président russe (yes Ukraine), les élections municipales en France. Que du lourd (et je ne parle pas d’André Santini).
  • André Santini a balancé Jean-Louis Borloo. Les 10 et 11 Septembre 2008 se tenaient à Villiers-Saint-Christophe dans l’Aisne les 5e journées de la pomme de terre. Notre envoyé spécial Jean-Pierre P. a fait parvenir pour seul article, comme chaque année, une photo de lui, nu dans un champ, une bouteille d’alcool de patate à la main.
  • Autre raison de se bourrer la gueule, la louze européenne de l’équipe de France, et la demande en mariage de Raymond Domenech à sa compagne Estelle Denis. Tiens, une raison d’éteindre la télé.
  • Cinéma cette fois-ci, 2008 donna lieu à la déferlante Ch’tis avec ses 20.449.079 entrées. Raison de ne pas l’avoir vu, et d’être resté chez vous ? Statistiquement, vous en aviez des chances de trouver des gens pour vous raconter l’histoire, les 2 scènes « d’anthologie », et les 3 vannes les plus drôles.
    200 000 entrées pour l’Emmerdeur de Veber avec Berry et Timsit, là, ça devenait du private-film (par opposition à la private joke qui a rarement 22 millions d’euros de budget). Pourtant, y en a qui ont dit qu’il était bien. Oui, mais on sait pas, on l’a pas vu. Dommage !
  • Question télé, la grève des scénaristes américains nous aura privé de pas mal de saisons complètes. La bonne nouvelle, c’est que n’ayant plus rien à pathétiquement tenter de copier, les scénaristes de Sous le Soleil ont mis le point final aux éternelles aventures des plagistes vieillissants.
  • A TF1, on est dans une dynamique de renouveau, aussi PPDA se vit-il indiquer la porte. Une nouvelle tête apparut : Laurence Ferrari ! Idem, que de la nouveauté, la Star Ac 8, Koh Lanta 8, L’Ile de la Tentation 8, Secret Story 2 … Que du bonheur.
  • Et enfin, un hommage à ceux qui ne sortiront plus jamais de chez eux, et qu’on espère bien au chaud dans leur nouvelle demeure : Carlos, Philippe Khorsand, Henri Salvador, Thierry Gilardi, Aimé Césaire, YSL, Guillaume Depardieu, Soeur Emmanuelle, mon poisson japonais queue-de-voile Fizzy, et puis tous les autres.

Une très bonne année 2009 à tous. Meilleurs vœux, meilleures choses.

Vendredi prochain, nous réparerons l’oubli du monde des livres dans ce petit panorama en nous demandant pourquoi la 62e Journée des Dédicaces de Sciences Po a marqué l’histoire de la littérature.

admin

Commentaires