0

Listen to me

emmamorin
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Print this pageEmail this to someone

« Je veux raconter avec des mots d’une syllabe tout pas très bien mais assez bien, et alors il n’y a pas de rideau car rideau est un mot de deux syllabes »

Salle comble au Théâtre de la Bastille pour la troisième représentation de Listen to Me : le public ne s’y sera pas trompé. Un “hors-série” présenté jusqu’au Vendredi 13 Février qui laisse pourtant entrevoir l’excellente programmation du théâtre de la Bastille, pour qui apprécie de se laisser porter entièrement par les innombrables facettes et possibilités du théâtre, jusqu’à perdre tout repère conventionnel. Un texte écrit et traduit en français par Gertrude Stein, une conception d’Emma Morin, unique actrice dans ce monologue étonnant et déconcertant, et un étonnant jeu de lumières par Laurent Bénard, font de cette pièce un tout à la fois homogène et perturbant, qui finira par nous laisser bouche bée.

« Et maintenant la terre est complètement couverte de gens et personne ne sait à qui personne ne ressemble et alors il n’y a aucune difficulté pour aucun doux William. Doux William dit que assez est assez mais ce n’est pas ce qu’il veut dire. S’il pouvait Lillian serait Lillian serait. »

Un plateau dépouillé (une table, deux chaises, un verre d’eau et un mystérieux écran projetant une pièce blanche et vide) rendent l’attente intrigante. Très vite, les lumières accompagnent les mots de ce texte de 1936, où l’on retrouve tous les indices du mouvement dada. Pour le profane de Sciences Po ou d’ailleurs, l’écoute pourrait faire penser à une plongée dans les sombres pensées d’un John Rawls sous un voile d’ignorance récitant sous ecstasy du Simon Monceau (Ca va se savoir). Pourtant, les jeux de mots, de langue et de sons d’Emma Morin nous plongent doucement dans une valse de mathématiques où les “caractères” se comptent et s’excluent, questionnent leur existence et leur matérialité. Deux personnages, Doux William et sa Lillian se cherchent indéfiniment dans ce monde sans repères où pourtant “personne n’est perdu parce que la terre est couvert de gens et les gens sont des gens”… Les caractères se questionnent dans ce qui semble être une pièce déconstruite, dépecée dans une liste d’actes et de scènes, de phrases, de mots et de caractères, désormais conversants sur l’existence de la lumière, de la Lune, jusqu’à la conclusion que les chiens savent que la Lune n’est pas une lumière puisque les lumières sont partout.

Dans un jeu à la fois simple et complexe, Emma Morin endosse ce texte à bras le corps pour créer une atmosphère étonnante. Un succès mérité.

« Actes tous ensemble  C’est ainsi
Que la terre
Est là
Premier acte      Oui
Premier acte      Oui
Acte tous ensemble    C’est ainsi
Ne pas aller
Mais aller
Et venir
»

Listen to me de Gertrude Stein, interprété par Emma Morin
Théâtre de la Bastille
76 rue de la Roquette, 75011 Paris
Métro : Bastille (lignes 1, 5, 8 )
http://www.theatre-bastille.com ou tél: 01 43 57 42 14

Pour aller plus loin

admin

Commentaires