0

Adhésion à l’UE : loukoums ou geysers ?

http://perspectivesgeopolitiques.files.wordpress.com/2008/11/islande2.jpg
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Print this pageEmail this to someone

Le Traité de Lisbonne donne encore des sueurs froides aux politiciens et des soupirs aux Irlandais fatigués de voter jusqu’à ce qu’ils tombent sur la bonne réponse. Et bien été ou pas, vacances ou pas, pas de répit pour l’Union Européenne qui a reçu une nouvelle candidature à l’adhésion le Jeudi 23 Juillet 2009.

Et tout le monde s’en fout.

Pourtant c’est le début de la fin des harengs. Après des années à proclamer leur indépendance économique, politique, sociologique, linguistique etc-tique à qui voulait bien les entendre (pas grand monde donc), ce sont les ISLANDAIS qui se décident à faire valoir leur statut d’européen et espèrent une adhésion à l’horizon 2012 ! Raison : ils seraient scandinaves, les bougres.

Totalement effarée par une telle injustice envers les Turcs, je me suis empressée de demander leur avis à mes meilleurs amis virtuels globaux du plus beau réseau d’information de l’univers après la CIA, le Minitel et Frédéric Lefebvre : Facebook.

Alors sur la Turquie, on est radical : 3581 membres dans le groupe Non à l’entrée de la Turquie dans l’Union Européenne, seulement 60 pour l’ouverture dans le débat : « Non aux Turcs ds l’UE jusqu’a qu’ils ns débarasse de leurs chiotes à la con ». Et personne ne proteste quant à l’adhésion Islandaise. Après tout, les deux font partie de l’Eurovision et de l’EURO de foot. Pourquoi une telle réticence ?

C’est décidé, je milite anti-Islande européenne.

  • Parce que les Islandais sont des opportunistes. 
    Combien de fois les Islandais se sont-ils vu refuser leurs demandes d’adopter l’Euromais sans adhérer à l’UE ? Ça, c’est chercher le beurre et l’argent du beurre, un peu comme la Turquie cherche l’Europe sans les Droits de l’Homme et les Français l’Europe sans les plombiers polonais.
    L’Islande, pour faire comme tout le monde, aimerait bien d’une Europe qui ne vienne pas trop bidouiller dans ses arrangements de pêche en eaux territoriales. De toute façon, Sarkozy est en repos alors que craindre ?
  • Parce que l’Islande c’est une île trop loin, trop petite (bon, trois fois plus grande que la Belgique), trop vide : moins peuplée que Malte avec seulement 320 000 habitants. Le problème c’est que l’île peut être résumée à l’équation volcans + glaciers. La moitié des habitants de l’île habitent … Reykjavik. Et où est Reykjavik ? Sur le plaque nord-américaine, et non sur la plaque eurasiatique. CQFD.
  • Scandinaves, oui, mais quelle Scandinavie ? Les Danois nous ont envoyé Andersen et Lars Von Trier, les Suédois IKEA et les Krisprolls, les Norvégiens les Fjords (miam), et les Islandais, ils nous ont envoyé quoi ? Bjork. CQFD.
  • Quand on regarde l’islandais, c’est pas plus choquant que le turc concernant la proportion lettres/tréma. Mais surtout, « l’occupation danoise de l’Islande de 1380 à 1918 n’a eu quasiment aucune influence sur l’évolution linguistique de l’islandais » (Wikipedia). Et t’appelles ça de l’intégration européenne ? CQFD.
  • Et puis d’ailleurs c’est pas comme si Danemark = Europe, hein. CQFD.
  • On dit à la Turquie de se contenter du Conseil de l’Europe. L’Islande fait partie en plus de l’AELE, l’EEE et l’espace Schengen. Et ben voilà. Gourmands. CQFD.
  • « Geyser », « désert », « Dunkerque », chacun sa particularité géographique, on en fait pas tout un plat hein. CQFD.

Si l’Islandais semble conservateur (exemple : il peut lire un texte du 12e siècle sans aucun problème), il n’en est pas resté pour autant au temps des Vikings. En effet, l’Islande n’a pas toujours été dans la merde, avec un PIB qui devrait se contracter de près de 10% cette année. Récemment encore, elle pouvait se targuer d’une excellent 4% de croissance par an. Le problème c’est que leurs actifs du secteur bancaire ont représenté jusqu’à 11 fois leur PIB … Coquin, l’Islandais faisait mumuse avec la « hot money » depuis son cocon arctique.

La crise est passée par là et l’islandais a du parler de gjaldþrot, þjóðnýting et de atvinnuleysi (faillite, nationalisation, chômage. Enfin, je crois.). Et là, l’Islandais ditnei (non). Le gouvernement démissionne et le Parti de l’Indépendance perd le pouvoir après 18 ans de règne sans partage (conservateur qu’on a dit).

Et voilà donc les sociaux-démocrates qui prévoient un retour à l’équilibre budgétaire en 2013, mais surtout, une adhésion à l’Europe. Et pour cela, ils sortent l’armada classique du pays-qu’on-aimerait-dans-l’Union-mais-qui-ne-veut-pas : la flopée de sondages « pour ou contre l’entrée dans l’UE ? ». Le problème c’est qu’en Islande, 800 personnes font un échantillon représentatif. On arrive donc facilement à près de 70% d’islandais favorables à une candidature (contre 48,9 en Septembre 2007) et 70% souhaitant un référendum sur l’entrée du pays (probablement les mêmes).

70% de 800 personnes, ça te fait pas forcément gagner un référendum.

Chez les grands chefs à plume de l’Europe, on s’excite déjà de se voir enfin reconnaître ses vertus de stabilité et d’avoir converti un non-convertible (car l’Islande n’est pas la Suède IKEA). « Je pense que la candidature islandaise renforcera la dimension nordique de l’Europe » affirme M. Bildt, ministre des Affaires Etrangères de la Suède (qui préside l’UE). Latins, révoltez vous ! Le froid va-t-il s’abattre sur l’Europe avec une future adhésion de la Norvège ? Le ver est dans le (sorbet de) fruit islandais : placée pile sur un rift, l’activité volcanique ne cesse de faire grandir l’île … Et si demain elle accueillait plus d’habitants et avait la majorité dans l’Union ? Tout ça au nom du contact avec l’Arctique, région importante pour l’environnement (et les ressources naturelles, au passage).

T’avais qu’à pas voter Europe Ecologie, mon gars.

Finalement, c’est quoi l’Europe ? L’islandais, entre deux parties de surf sur des geysers, délaisse sa baleine domestique pour nous donner sa définition de européanisme. « L’Islande est plus européenne que nord-américaine, car elle estlibérale par rapport à l’alcool, au sexe et à la laïcité. ». C’est donc ça l’Europe libérale…

En fait je crois que je préfère l’Islande à la Turquie.

Crédit photohttp://perspectivesgeopolitiques.files.wordpress.com/2008/11/islande2.jpg

admin

Commentaires