0

Restez chez vous, la chronique de Maya (épisode 5)

MICHAEL_JACKSON
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Print this pageEmail this to someone

Mesdames et messieurs les (par)jurés, si la vengeance est un plat qui se mange froid, il ne fait pas bon attendre que les accusés soient eux-mêmes froids pour les défendre. Or c’est justement ce qui se passe ici, et je crie au scandale (Ô SCANDALE). On a accusé Monsieur J. (anonymisation) d’au moins 349 maux terrestres (randomisation numérique) et non des moindres (victimisation) : trop de génie, trop de chirurgie, trop de blanchisserie, trop de pédophilie.

Et là, trop de mort tuant la mort, trop de présence médiatique. Les irréductibles allant jusqu’à voir dans les images tournées par la CNN le fantôme de la star revenue hanter ses vieux locaux de Neverland. Et quoi, une maison hantée dans les parcs d’attraction, c’est choquant maintenant ? Bref, Michael aurait décidé de nous saouler jusqu’au bout, gâchant jusque notre début des vacances d’été.

Et bien non, je dis NON, Michael a juste décidé de mourir pile au bon moment pour nous sauver des tubes de l’été, et éviter des drames humains comme l’apparition dans nos vies de Las Ketchup, Ilona Mitrecey ou encore de Lorie et de son fichu air latino. Michael est arrivé pour heal the world : tout de suite après sa mort, « l’écoute des musiques de Michael Jackson sur le web ont augmenté de 949% ». Vers un artiste de l’été unique, mondialement globalisé ? Vite, vite, une piqûre de rappel Europe Ecologie-José Bové, ouf, ça va mieux là où ça allait pas bien.

Pour être honnête, je me fous un peu de Michael Jackson, j’aime bien sans être particulièrement fan. Le monde perd un grand artiste, je ne perd pas un Dieu. En plus, je n’ai ni âme ni valeurs, j’applaudirai toujours une équipe de foot turque gagnant un match à la dernière seconde même si « quand même, tu vois, c’est un pays qui ne respecte pas les droits de l’homme, quoi ». Oui mais je suis désolée, en bonne beauf de base je ne peux pas faire une dissertation sur les droits naturels quand la ba-balle bouge dans la petite boîte Sony, mon cerveau fait de la fumée sinon et ça me gêne pour ouvrir ma bière. En conséquence, je dissocie généralement l’artiste de sa vie, aussi polémique soit-elle. Quand il y a matière à dissocier, bien sûr. Exemple : on ne dissocie pas Paris Hilton de sa vie polémique. Ah pardon, on avait dit artiste.

Mais là, ce mardi 7 Juillet 2009, on parlait quand même de l’enterrement de Michael Jackson. Et quand le monde(.fr) te dit que t’as rendez-vous avec l’Histoire avec sa grande hache (copyright Georges Perec et non pas Joey Starr), et qu’EN PLUS tu peux le faire en restant chez toi, et ben tu t’exécutes (non, pas avec la hache, tu comprends rien là). Moins de 10 000 places effectivement distribuées au Staples Center vs. le reste du monde = fortes probabilités d’être dans le camp des gagnants, celui des pantouflards.

C’est donc parti pour une cérémonie de folie sur nos chaînes hertziennes. Joie, une bonne poignée de chaînes font du live-burial. Pour être exact, le monde entier est en blackout total, fixé sur Michael. Et c’est là que tu te dis, mais où sont tous ces bons vieux terroristes, ils ont champ libre et ils ne profitent même pas. C’est comme ça que ça veut nous faire bouffer notre occidentalité, hein ?! La musique adoucit les mœurs, je suppose.

Mais commençons par TF1 où l’éternel Jean-Claude Narcy officie. Il m’avoue dans un soupir que ce serait « le plus impressionnant événement télévisuel depuis la création du petit écran », « le plus grand événement de l’histoire des médias » qu’on me confirme sur ‘Ternet ! Jusque là, j’étais jeune et bête, je pensais futilement que l’Homme sur la Lune, la guerre du Golfe, l’investiture d’Obama ou encore 9/11 avaient eu leur importance, mais non, M.J = artiste du millénaire, adieu à M.J = cérémonie du millénaire. Okay okay.

A cérémonie exceptionnelle, organisation exceptionnelle, non ? En effet : « non ». TF1 t’explique en 6 étapes comment perdre toute crédibilité, attention ça va vite, c’est parti.

Etape 1 : Faire du lyrisme, avec J-C. Narcy (3e minute d’émission) : « nous célébrons dans une même communion le roi de la pop qui rejoint dans l’éternité Elvis Presley et les Beatles ». Paul McCartney te fait un bisou.

Etape 2 : Remplacer Brice Teinturier, très bon pour donner des pourcentages d’élections mais très chiant pour parler moonwalk, par une vraie dream team.

  1. Nikos Aliagas. (les nouveaux mots de Nikos) qui s’est automatiquement transformé en Astrid Von Busekist* de la musique, avec le namedropping/agedropping le plus fou du cosmos : Diana Ross « la femme de toutes les fidélités » (Donc toi t’as résolu des millénaires de problèmes conjugaux. En fait, il y a plusieurs fidélités, UNE POUR CHAQUE FEMME.), Beyoncé, Justin Timberlake … (M. Pokora, Jenifer, Lorie, Arielle Dombasle ?)
  2. Pierre Lescure. Ouais toi non plus tu sais pas ce qu’il fait là, tu as peur quand on le légitime par le fait qu’il soit « fin connaisseur des américains », mais il est sympa. Le problème c’est qu’il doit répondre à des questions comme « ahlala, ces américains ils associent spectacle et émotion, c’est américain, non ? », ou encore « ils font forts les américains là, non ? » (intéressante pancarte de manifestant d’ailleurs : “Stop using my dollars for millionnaires“). Forcément Pierre n’a rien d’autre à répondre que « oui ils font fort parce qu’ils ne savaient pas par quel bout le prendre, en plus ce garçon habitait Neverland, c’est-à-dire nulle part. Haha ? ». Le mythe s’effondre, Mickael SDF.
  3. Oh putain Roberto Alagna.
  4. Et quand finalement, après avoir vu que sur FR2 on avait invité super Christian Audigier et que sur M6 on associait Laurent Boyer à Philippe Manoeuvre, tu découvres le 3e membre de la team TF1, tu ne peux plus zapper, c’est fini. Et oui, Laurence Ferrari te salue par un grandiose « bonjour, aujourd’hui à Lchoncho, hum à Los Angeles » (en lice pour le cafouillage le plus rapide de l’histoire du JT), la cérémonie de Mickaël et pas Michael à l’US (plus ça va, plus tu crois qu’elle va se craquer, elle va demander MAIS C’EST QUI CE MEC), qui a trois gosses dont « Prince Michael Un et Prince Michael Two, c’est ça ? ». Et là, re-namedropping puis « tous sont venus pour leur ami ». Haha, bienvenue sur TF1 Christian Audigier.

Etape 3 : Donner l’impression que le réalisateur est bourré ou alors que c’est tellement l’anarchie dans la régie que tout contrôle est définitivement perdu. En effet, Narcy est dans la merde : il est à l’antenne, il a présenté tout le monde, il a fait parler Lescure d’universalité, la productrice invitée à noté que « le Staples Center c’est comme Bercy mais … plus sophistiqué », il a ramené Gilles Bouleau envoyé permanent aux USA pour avoir le classique problème technique, en gros Jean-Claude meuble comme un IKEA en soldes après une inondation dans la baie de Somme, il en est au point d’introduire « mais regardez, à l’époque, avec Claude François … » avant de faire face aux rires hystériques sur son propre plateau avec un viril « MAIS JE COMPARE PAS ».

Et là, la régie prend les commandes et envoie des images au hasard, sans prévenir Jean-Claude qui se retrouve à observer une synchronisation son/image qui se câle pile à la fin du discours qu’on a deviné être celui de voici-un-message-de-ceux-qui-n’ont-pas-pu-être-là-ce-soir (oh, Ruquier). Soudain, le drame.

Etape 4 : Lol la mort. TF1 envoie les images de Thriller, pour jouer aux 7 différences en cas d’exposition du corps. Puis Nikos parle de Ptolémée (nom du cercueil), en bon expert grec, qui a volé des trucs aux Dieux et « en a souffert toute sa vie, il n’a jamais trouvé le repos éternel ». Nikos cherche le repos éternel pendant sa vie. Intéressant.

Etape 5 : Se la jouer infos d’insider/de cultivé. James Brown est mort et Madonna fait du play-back !!! Quelqu’un dit « Madonna travaille alors que Michael s’envole », tout le monde le gratifie d’un « c’est beau ».

Etape 6 : Donner l’impression que les traducteurs sont bourrés ou alors que c’est tellement l’anarchie dans la traduction que tout contrôle est définitivement perdu. Traducteurs perdus, en retard, qui finissent par dire « dans les villes du Ghana : Johannesburg et Pittsburgh » et par s’embrouiller pour expliquer que Michael Jackson ramassait les balles de base-ball et que quand il chantait il était heureux; mais quel rapport avec les balles de base-ball ? Bon ok l’histoire était étrange à la base.

 

Alors qu’apprendre que Michael Jackson était humain, rigolo, et mangeait du KFC, ça nous paraît normal maintenant. Obama aime M.J, il l’a dans son iPod. Sarkozy aime M.J : d’ailleurs il « [gardera] toujours un souvenir de l’émotion la première fois {qu’il l’a] vu faire ce pas de danse où… c’est pas qu’il marche mais il recule… vous voyez… en glissant.». (Étrangement, pas de déclaration de Berlusconi.)

Tout le monde aime Michael, mais Dieu plus, d’ailleurs Stevie Wonder l’a dit : « Dieu avait sans doute davantage besoin de Michael que nous ». Cotisons-nous pour offrir ‘Ternet à Dieu là, ça devient plus possible. MSN, Skype, Facebook, Twitter : c’est fini l’ère du face-à-face et il trouve le moyen de continuer à convoquer. D’un autre côté, il faut bien partager, et on a des réserves. Michael aurait enregistré plus de 200 titres jamais sortis. Et c’est là que c’est beau. Du vivant de Michael, c’étaient des daubes. Maintenant, ce sont des collectors.

Saluons pour terminer l’initiative de Sheila Jackson Lee et de sa résolution 600, avec pour but d’établir officiellement le statut de légende de M.J. Et le pire, c’est qu’ils sont capables de la voter, et quand on demandera des visas, après « Avez-vous retenu hors des Etats-Unis un enfant mineur américain dont la garde avait été confiée à ses parents par un tribunal américain ? Avez-vous voté aux Etats-Unis en infraction à la loi électorale ? Avez-vous renoncé à la nationalité américaine pour échapper au fisc ? » on aura droit à « honorez-vous M.J ? Avez-vous acheté l’intégrale de ses tubes et la méthode du moonwalk ? ABJUREZ JOHNNY HALLIDAY, HERETIQUES !!! ». Ce serait pas du luxe non plus, remarque.

A fort bientôt, morts et vivants connus et inconnus.

* (prof d’Enjeux Politiques à SciencesPo.)

Pour aller plus loin

admin

Commentaires