1

From Paris with Love

from-paris-with-love-from-paris-with-love-17-02-2010-17-02-2010-7-g
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Print this pageEmail this to someone

Il y a forcément un moment où la longue liste des bons films s’arrête et où on termine par aller voir une daube. Le craquage, l’erreur bête. Et bien nous y voilà. Après Taken (2008), Pierre Morel récidive avec la réalisation d’un nouveau film « parisien » sur un scénario de Luc Besson. Il est bien loin le temps de Léon ou du Cinquième Élément. Bien que l’on sentait déjà le goût prononcé du français pour les scènes d’action et la baston au ralenti, From Paris With Love frise l’antiperfection en nous offrant un vrai non-scénario comme les films d’action peuvent en proposer par moments.

Devait-on en attendre autant néanmoins ? Probablement pas. L’intrigue repose finalement sur l’éternelle recette du duo mal assorti. Malheureusement, le pince-sans-rire Charlie Wax (John Travolta) écrase le mono-expressif James Reece (Johnathan Rhys-Meyer) par son ton cynique et décalé, professionnel de la violence a-moralisée. Pour résumer, Reece rêve d’être un agent secret surbooké. Dans la vraie vie, il n’est qu’assistant de l’ambassadeur américain à Paris … le type de boulot qui fait de vous le candidat idéal pour aller récupérer l’électron libre Wax à l’aéroport. Évidemment, les deux vont faire la paire et alterner dialogues improbables et scènes dignes d’un Chuck Norris moderne armé jusqu’aux dents, le tout dans un film aux allures d’éternelle course-poursuite. Certes, le rythme y est, et certaines scènes sont filmées avec beaucoup d’originalité et de brio, mais suffisent-elles à combler la pauvreté du scénario « oulala les méchants terroristes qui menacent le sommet international ah oui mais ouf on a un superhéros en la sainte personne de John Travolta » ? Assurément pas.

Pour tous les experts des gunfights et de John Travolta. A vivement déconseiller à tous ceux qu’un film d’action ennuie, qu’un vase chinois cassé font hurler, ou qui tout simplement n’ont pas goût aux clichés du genre.

admin

One Comment

  1. Moi aussi fut un temps ou j'appréciais Luc… Mais comme vous ce temps est malheureusement révolu…

Commentaires