0

Libération d’un otage, 16 mois après les faits.

huskyplate

J’ai le plaisir et l’émotion de me rendre à l’évidence. Je n’arriverai décidément pas à remettre la main sur la version améliorée et complétée du rapport de séjour de 3A passée à Seattle. Fort heureusement, de Washington à Washington il n’y a qu’un pas (d’environ un continent), je vais pouvoir donc récupérer les vieux brouillons et les anciennes conneries et updater ce blog.

D’ici là, enjoy la HUSKY PRIDE.

Le rapport de séjour que tu comprends pas pourquoi il a pas fini sur le site de la DAIE (malgré les éloges de Matthew T.)

3

Enfer de la motivation, motivation d’enfer.

huskyplate

Horreur & damnation, pot de fleurs & paillasson. Mon échine endolorie par la peur nocturne continue d’être parcourue par d’intenses frissons. La deadline approche et la page ne se remplit pas. Première option : le suicide, mais ceux qui l’ont fait m’ont dit que c’était pas si fun que ça. Deuxième option : l’exploitation d’une cave de chinois planqués sous une fabrique clandestine de chaussures dans les faubourgs de Paris. Malheureusement, ceux qui l’ont fait m’ont dit que les articles perdaient de leur qualité humoristique quand on ne comprenait pas le chinois.

Je le savais, j’aurais du faire les ateliers proposés par Sciences Po Avenir. J’aurais ainsi su écrire mes curriculum vitae, lettres de motivation, et autres demandes de rançon en moins de temps qu’il n’en faut à Nicolas Hulot pour descendre en rappel la tour de TF1.

Là, pauvre âme perdue, j’en suis réduite à chercher sur Internet de quoi alimenter ma lettre. Encore un peu et je vais remplir l’espace avec des bons de réduction, pour signifier la valeur ajoutée que je peux apporter. Ça susciterait l’intérêt, au moins. De là à dire que c’en serait le seul … Va-t-on vraiment la lire, ma lettre de motivation ?

Souvent, je me suis demandée à quoi servait toute cette paperasse. Le processus de motivation/recommandation n’étant en général qu’un dialogue de sourd entre le pauvre corniaud qui cherche un poste et l’assistant du détenteur du saint Graal. L’élève se présente au bureau du prof convoité, lui explique qu’il est son élève assidu depuis 3 ans, sombre dans le vide du regard « mais t’es qui, toi ? » de ce professeur qu’il a tant aimé, et attend que l’assistant de ce dernier trouve le temps de lui renvoyer un mail, qui au mieux sera « Bien sûr, bidule, écris ta lettre toi-même et je la signerai au nom de Mr le Professeur ».

Autant faire un faux directement, on est d’accord. En plus c’est rigolo de faire croire qu’Emile Boutmy est encore vivant quelque part, avec Claude François, Elvis Presley et Anastasia Romanov, occupé à signer des lettres de recommandation. Ou encore soutenir résolument que la signature de Françoise Melonio est un petit cœur.

Foutu pour foutu, autant y aller, il va falloir faire comprendre que cette école de journalisme, il me la faut, c’est une question de mort ou de mort.

« Cher Monsieur Madame dans le jury surtout toi là-bas au fond à gauche <3,

Bonjour. En effet, ce n’est pas parce que cette lettre est sensée être formelle qu’elle doit en oublier les règles élémentaires de politesse. Je pousserai même les conventions jusqu’à vous demander un sobre « ça va ? Wesh bien ou bien ? La famille labes ? Hamdullah. ».

Tout d’abord j’aimerais vous remercier de la confiance que vous m’avez témoigné en portant à ma connaissance votre offre de formation. Je suis désolée de ne pas y avoir répondu plus tôt. Consciente de l’intérêt qu’elle suscite et des compétences mises en œuvre pour la réaliser, j’ai l’honneur de vous annoncer que je vais finalement y postuler. Non non, séchez ces larmes de reconnaissance, vous auriez fait la même chose pour moi, j’en suis sûre.

Actuellement étudiante à Sciences Po Paris où je passe les plus belles années de ma vie (sauf l’année en cours, car techniquement je n’y suis pas, merci la 3A), j’ai eu le vice d’ajouter une licence de droit à l’université de Paris 1 Tolbiac– Saint Hippolyte (ne creusez plus, c’est vraiment pas là-bas le Panthéon). On a déjà fait le grand 1 « le droit de s’exprimer », on entame le grand 2 « mais parfois, t’as quand même le droit de fermer ta gueule ». Je suis spécialisée en droit de la nutrition équilibrée au Bénin, en droit du commerce de truelles en carton de la rue du Commerce à Addis-Abbeba et en droit de savoir de Charles Villeneuve. J’ai une légère introduction au management des pots de yoghurts dans le cadre d’un partenariat avec Roumanie Telecom.  Tout ça me permet de rajouter quelques lignes du plus bel effet sur mon CV et dans mes lettres de motivation. Tout ça pour dire que sauf accident technique, je devrais avoir mon Bachelor de Pipo à la fin de l’année. Je n’ai pas bien compris cependant si ça voulait dire que j’allais passer sur M6, me prendre une rose entre les dents et devoir arrêter toute activité pour danser du tango argentin avec un nouvel amant fougueux à l’accent chantant. Si c’est le cas, merci de bien vouloir me communiquer l’adresse de votre  Formation à Durée Déterminée la plus proche, le temps presse.

On m’a souvent dit que dans une lettre de motivation, il ne fallait pas répéter son C.V mais je suis particulièrement fière de l’investissement à long terme que j’ai réalisé en achetant une méthode de lombard, ce qui me permettra de réaliser des articles spécialement destinés aux grands-parents des responsables du double-diplôme avec la Bocconi. De plus, ma langue morte n°1 est le hittite lycien, ce qui j’en suis sûre, sera très apprécié par Richard Descoings et toute l’équipe de sa mission lycée. Par contre j’ai tenté la spécialisation dialecte régional hittite du sud de la Bretagne, j’admets que  j’ai du mal à trouver une correspondante chez qui passer les vacances.

Internet me dit de vous expliquer ce que je peux offrir à l’entreprise, en outre de ma motivation. J’en déduis que c’est pareil pour les écoles. Comme j’ai fait de l’économie et notamment des histoires de paniers de choix, d’offre et de Yoplait, je sais bien qu’il vaudrait mieux offrir des boîtes de chocolat. Mais t’as déjà vu une boîte de chocolats prendre toute seule un vol transatlantique ? Je n’ose y penser. Car je suis quelqu’un de bien, il faut que tu le saches Monsieur Madame le membre. Du jury. Je ne me drogue pas, je ne fume pas, je ne bois pas (trop), je ne revends pas mes tickets de spectacle à la sauvette, je ne jette pas les prospectus sur la voie publique, je ne risque même pas de me faire pincer très fort en mettant mes doigts sur la porte. Je préfère le soleil à la pluie, le chaud au froid, la vie à la mort, je suis une véritable Miss France, mes témoins qui m’ont vu ne rien faire pourront vous le confirmer.

Ainsi se termine notre bref mais intense échange épistolaire à sens unique, Monsieur Madame le membre. Je me tiens à votre disposition pour un entretien, un repas de famille ou un dîner en tête-à-tête (je porterai un baobab en plastique accroché à ma jambe droite). Je propose même une petite virée sympa à Ibiza, sous réserve que vous me fassiez une petite avance sur bourse. Enfin,  une donation quoi.

On se tient au jus, j’attends votre réponse automatique où vous m’expliquerez que vous n’avez pas lu ma lettre. D’ici là, veuillez agréer l’expression de mes sentiments les plus chaleureusement dévoués dans la sincérité et l’amour de mon prochain.

Moi-même.»

*envoyé*

0

“I’m an exchange student … in exchange, you know.”

huskyplate

Chers les gens qui me demandent si Seattle, c’est cool.

Ben franchement la vérité, ça rocks sa maman tellement y a … une tour et des souterrains. Parait qu’il y a des statues cheloues, et j’ai moi-même de mes yeux vus le quartier sympa de Pioneer Square. Ça n’empêche pas le monde entier de dire du bien de Seattle. Objectivement, c’est très beau comme environnement. Y a de la verdure et des écureuils, des montagnes et des lacs.  Et parfois, le ciel est d’un bleu profond et enjouant. Moi qui suis une méditerranéenne dans l’âme et qui ne supporte pas les températures inférieures à 37°C, donnez-moi une voiture et je serai heureuse. Et puis tiens, soyons fous, donnez-moi le permis de conduire dans la boîte à gants et je considérerai même l’option “utiliser la caisse au lieu de la revendre” pour faire mon bonheur.

Bref, Seattle, c’est cool, mais faut pas abuser. Et puis en plus, ça faisait longtemps que j’avais pas vu un tel vide abyssal dans la scène théâtrale d’une ville (ici, mauvaise foi, parce que je soupçonne ce phénomène d’être généralisé aux Etats-Unis). Allez, rien de rien (à foutre), c’en est fini, je repars sur la route, je vais en échange … depuis l’échange. En plus ça fera les pieds à la DAIE, on va pas se priver.

J’en déduis du mail reçu de UW il y a déjà quelques temps que c’est tout à fait possible. En gros, tu postules à un programme où tu passes un trimestre à l’étranger à étudier des trucs plus ou moins improbables et déconnectés de tout lien avec le pays dans lequel tu te trouves.

Alors certes, je peux comprendre qu’on va en Australie pour étudier l’outback geology. Pour étudier “Health in the Himalayas” (programme de rêve), le Népal est en effet un bon choix. Idem pour le programme d’été en Afrique du Sud sur la coupe du monde de foot. Je vois un intérêt à étudier le surréalisme en France ou la justice internationale aux Pays-Bas. Les bons vieux classiques “langage et culture” ou “culture & communication” peuvent très bien se faire en Chine et en Argentine.

Mais y a quand même des programmes, c’est juste délectable à qui sait apprécier cet art doux qu’est le cynisme.

  • Cambodia :  Children’s Rights Law & Business (j’adore la juxtaposition, et oui, le business d’enfants)
  • Chile : Public Health
  • Georgia : History, Culture & Conflict (ça résume bien)
  • India : Women’s Leadership; Health (un pays modèle)
  • Italy : Art; Astronomy; Cinema; Design; Public Health, Law (le bordel italien)
  • Micronesia : Culture & Climate Change (où toi aussi tu te rends compte que malheureusement, on ne tient pas un trimestre juste avec la culture micronésienne. Alors PAF tu colles un gros sujet à côté.)
  • Russia : Communication, Culture & Health (c’est bon c’est bien c’est dans l’ordre : tu communiques, c’est dans ta culture, tu finis à l’hôpital -dans le meilleur des cas-)
  • Thailand : International Business; Nursing (là aussi, très bonne juxtaposition des projets, l’infirmière PREND l’enfant et le businessman écoule le stock)
  • Zambia : Anthropology (j’ai un peu peur).

Merci UW.

0

Pourquoi j’aurais du aller en Pologne.

huskyplate
Auto de crise à Varsovie

Auto de crise à Varsovie

Dla mojej Babci … pamięć i myślenie.

Prenez un polonais. Blond, la vingtaine, une canette de bière Tyskie à la main, une bouteille de Zubrowka* de l’autre, il chante gaiement un cantique religieux ponctué de “holy fuck” en lieu et place des “hallelujah” habituels, signe fort de laïcisation et de rébellion. Son but dans la vie : se barrer du pays de Tonton Walesa. Fuck les communistes, fuck les pas-communistes, fuck les plombiers, fuck la life.

Son avenir, le polack le sait, n’est pas perdu dans la neige entre ses deux ex (URSS et RDA), à flipper que l’une d’entre elles le retrouve. Et Dieu sait que pour éviter ça, la Pologne steak haché (Les polonais aussi steak haché à un moment. Pas beau à voir.)

Prenez ce polonais donc. Bien fermement par la couenne. Plongez le, disons, pfft, 5 à 10 bonnes minutes dans un concentré d’acide sulfurique.

Qu’est-ce qui se passe ?

Ben on se sent mieux, non ? Avec la sensation du travail accompli !

N’allez pas croire ici que je n’aime pas la Pologne. Nononononon, loin de moi cette idée. Jamais je ne me permettrai de dire que c’est un pays de fous. C’est  objectivement vrai, là n’est pas la question.

  • Ces mecs ont voulu faire passer une loi pour avoir un Roi à nouveau : Dieu (condition pour être ambassadeur, être mort-vivant).
  • Ils ont voulu censurer les Teletubbies parce que Lala a un SAC A MAIN et que ça faisait gay.
  • Ce qu’ils appellent compote c’est une salade de fruits cheloue qui baigne dans le liquide.
  • La choucroute c’est pas alsacien du tout hein,  c’est une sorte de salade.
  • Ils conservent des concombres pendant des années dans du liquide qui les “cuit”.
  • Ils parlent une langue où y a pas de voyelles, et quand y en a, elles ont des cédilles.
  • Quand il pleut, le sport national c’est de rouler à fond les ballons dans les caniveaux pour arroser les piétons.
  • Sur le site de la SNCF polonaise c’était écrit que tu pouvais te faire voler, violer, et jeter par la fenêtre d’un train pour atterrir dans un lac.
  • Quand tu veux l’autopsie de quelqu’un, il faut l’autorisation … du quelqu’un.
  • Quand tu demandes un café, on te demande si tu le veux … dans une tasse.
  • Quand tu veux acheter du sucre ou une cafetière à Gdynia, tu peux aller … à la Poste !!
  • Quand tu prends le bus (où sévissent des bandes armées) du centre ville à l’aéroport, ce bus se trompe de chemin, finit sur l’autoroute, est arrêté par un passager en panique, et fait … marche arrière.
  • Quand tu vas au marché et que tu demandes quelque chose, on te dit d’attendre, et on revient … jamais. On dit PAS merci. On dit PAS bonjour. On dit PAS  excusez-moi. Même le Routard le sait, section Traditions : “Ne soyez pas surpris par ce qu’on pourrait prendre pour une forme de rudesse. L’accueil est rarement démonstratif, le bonjour, l’au revoir et le merci sont assez rares. C’est comme cela, autant s’y faire.

La résignation. Toujours. Le polonais est résigné. Il sait que si il veut quelque chose, il faut accepter son triste sort. Tu la veux ton autopsie ? Ben tu ramènes un bouquet de fleurs piqués au cimetière, et tu le faufiles au médecin en chantant ses louanges. Tu veux la visiter ta Varsovie ? Tu suis les consignes du bouquin touristique trouvé sur une table de chevet dans un hôtel : ne pas parler ta langue, ne pas faire de photos, ne pas fréquenter les lieux touristiques (fail), ne pas avoir l’air d’un touriste quoi.

Heureusement, Varsovie, en 3h c’est plié (visite des musées exclue). La première fois que j’y suis allée, j’ai eu la délicate surprise de découvrir que quand tu achetais un billet online sur le site de la LOT (compagnie nationale polack), c’était pas vraiment un billet de la LOT. Ce sont pas les mêmes prix qu’online, c’est pas le même centre de traitement. Donc si tu reçois pas la confirmation du billet sous 24h (c’est normal déjà), tu finis au siège social  à hurler partout pour qu’ils te donnent une suite de chiffres que personne ne comprend à l’aéroport. Parce que là, là les gens sont normaux à l’aéroport. Polonais ou pas polonais, ils ne parlent pas couramment le binaire.

Ceci dit je me marre bien en Pologne. Je suis pleine d’admiration pour la sagesse de certaines personnes là-bas. Mon grand-père, en plus d’être plein d’humour (juif), disait de ces phrases extraordinaires de beauté, et de vérité : “toute bonne action mérite d’être punie“. Dans ma jeunesse dorée, à l’époque où j’aimais la philo, je me faisais un plaisir de  glisser des références à Schopenhauer (un peu polack, quand même) et à Witold Gombrowicz. “Le meilleur remède à nos propres maux est le malheur d’autrui.” En plus ça faisait exotique.

Cependant, malgré des traits de génie, le polonais n’en est pas moins à côté de ses pompes. Là, je cherche des proverbes du pays, et sur quoi je tombe :
L’Italien l’invente, le Français le fait, l’Allemand le vend, le Polonais l’achète et le Tatar le pille.

De cette citation que tirons nous ? Et bien que sous le Polonais, y a le Tatar (un montagnard du pays, je crois –mais oui Maman je t’écoute quand tu me parles <3-); et surtout que sous le Polonais y a au moins un gap de 200 ans parce que ça correspond plus du tout à la réalité hein, confondre le français et l’enfant pakistanais sous-payé, faut le faire quand même.

Ceci dit, on s’attache aux fous. Ils le sont presque autant que les ricains. Ou le contraire. J’aurais du aller en Pologne.
HEUREUSEMENT Seattle est jumelée avec Gdynia, la ville de ma mère. Le destin que je vous dis.

* Le correcteur me propose “subrogée” ou “Hazebrouck”. Intéressant.

Bricolo-Bricolette réparent les avions de la LOT.

Bricolo-Bricolette réparent les avions de la LOT.

0

Into the Wild Wild West

huskyplate

C’est une loi qui semble se vérifier, plus on va au Sud, et plus on est con.

Comme je suis un peu du Sud quand même, quand j’ai rien  à faire je me balade sur 123weather et je regarde la météo (non je ne le fais pas vraiment, mais ça sert l’article). Ainsi, j’ai déjà repéré un Londres et un San Francisco en Argentine. Mais alors question San Francisco (dont je  reparlerai ultérieurement sous peu) le record absolu est détenu par le Mexique, qui joue sur le malentendu. Probablement ils se sont dit que si ils donnaient les mêmes noms à leurs villes que les ricains ça passerait mieux pour les papiers. “Allez s’il vous plait mon nom, ma date de naissance et mon adresse changent pas, juste vous mettez nationalité américaine. Comment ça dégage avec ton sombrero ?

San Francisco Cahuacua, Mexique
San Francisco Cajonos, Mexique
San Francisco Chapulapa, Mexique
San Francisco Chindua, Mexique
San Francisco Huehuetlan, Mexique
San Francisco Ixhuatan, Mexique
San Francisco Jaltepetongo, Mexique
San Francisco Lachigolo, Mexique
San Francisco Logueche, Mexique
San Francisco Nuxanol, Mexique
San Francisco Ozolotepec, Mexique
San Francisco Sola, Mexique
San Francisco Telixtlahuaca, Mexique
San Francisco Teopan, Mexique
San Francisco Tlapancingo, Mexique
San Francisco de los Romos, Mexique
San Francisco de Borja, Mexique
San Francisco de Conchos, Mexique
San Francisco del Oro, Mexique
San Francisco Del Rincon, Mexique (San Francisco du coin. Carrément)
San Francisco del Mar, Mexique

Ca donne pas envie d’aller au Mexique, hein, ils ont l’air plat, sans idées. J’aime l’originalité. Et puis je suis aux USA là, alors autant y rester. Amis lecteurs, voici en exclusivité mondiale MON FUTUR ROAD TRIP (quand j’aurais une voiture, le permis, de l’argent, et beaucoup beaucoup beaucoup de temps libre). Objectifs à réaliser dans un ordre quelconque.

  • Être sur la route de Memphis.
  • Aller dans un Whiskey Bar en Alabama.
  • Aller à Lovely dans le Kentucky pour dire “oooh how Lovely” et me barrer avec une (bide et) musique “tin-tin-tin-tin-tiiiiin”.
  • Aller à Paris, TX pour parler français avec un accent texan.
  • Aller à Dallas rencontrer un gars qui s’appeler J.R.
  • Faire le trajet Washington DC/Washington pendant 2 jours et 21h en bus rien que pour faire toute une série d’escales dans des villes comme  Saint-Roger.
  • Aller dans l’Idaho attendre qu’on me demande où est la grande ville la plus proche et répondre “Salt Lake City, Utah”.
  • Aller à Walla Walla lancer un cheval au galop et hurler WALLA WALLA.
  • Prendre un bain avec un grec à Eureka, WA.
  • Aller demander mon chemin à Florence, Oregon avec une carte de Florence, Italie dans les mains.
  • Aller à Loveland, Colorado expliquer que l’amour n’existe pas, et que donc la ville non plus.
  • Faire un excès de vitesse à Rapid City.
  • Avoir froid à Thermopolis.
  • Jouer au poker à Scottsbluff.
  • Réunir Phil Collins, Richard Collins (resp langues à scpo), un dictionnaire et un poisson pané à Fort Collins. Monter un Collins Band.
  • Aller à Scott City demander où crèche de Scott (raconter que j’ai fait du poker avec lui).
  • Demander avec un accent espagnol un billet de train Laurel-> Hardin (transformer le in en y).
  • Aller faire la paix au Havre, Montana. (Aimer Le Havre.)
  • Vomir à Beulah, North Dakota.
  • Aller à Grand Forks demander si eux aussi ils ont des vampires et des livres qui font de mauvais films.
  • Aller à Sioux Falls et demander si il s’est fait mal
  • Faire un action ou vérité à Truth or Consequences, New Mexico (oui oui ça existe).
  • Demander avec un gros accent français si il y a un express pour Hell, Michigan sous prétexte qu’on m’a dit de “go to hell” tellement de fois que je commence à me dire que ça peut être bien. En cas de refus, demander un remplacement pour la ville de Disappointment.
  • Acheter des antidépreseurs à Wahoo, Nebraska.
  • Demander compulsivement comment s’appelle la ville de No Name, Colorado.
  • Aller me suicider à Bitter End, Tennessee.
  • Aller douter à Uncertain, Texas. Y lire Descartes.
  • Acheter un couteau et un flingue à Cut and Shoot, Texas.
  • Demander un visa à l’ambassade US de Paris habillée en burka, mettre comme motif : “aller à Mecca, California en pèlerinage”
  • Faire un scrabble à ZZyzx, California.
  • Ecrire à Richie Descoings et demander une annexe de SciencesPoPoint à Big Point, Mississipi parce qu’il faut voir grand.
  • Célébrer Christmas à Christmas, Mississipi un 12 Avril parce qu’à Christmas, c’est Christmas tous les jours !
  • Faire un emprunt à Money, Mississipi après avoir écouté Abba.
  • Demander un docteur à Doolittle, Missouri, pour faire une visite à domicile à Frankenstein, Missouri toujours
  • Démarrer un bordel à Love Ladies, New Jersey.
  • Aller à Nowhere, OK. Demander si ils sont OK que je qualifie 80% des villes aux USA de “Middle of Nowhere”.
  • Faire un reportage sur la bonne entente des juifs et des palestiniens à Jérusalem, Utah.
  • Acheter un Hot Chocolate à Hot Coffee, Mississipi. NO PASARAN.
  • Aller à Sugar City, demander un diagnostic du diabète.
  • Demander à un taxi de faire un petit détour par Grand Detour, Illinois.
  • Boire/fumer/me droguer/jouer au casino/blasphémer à Hell for Certain, Kentucky.
  • Puis filer demander un Miracle à Miracle, Kentucky.
  • Aller à Monkey’s eyebrow, Kentucky. Se demander comment on peut en arriver là.
  • Et évidemment, finir par le Lake Chargoggagoggmanchauggagoggchaubunagungamaugg, Massachussetts.

Qui en est ?

USAroadtrip

0

Pourquoi j’aurais du choisir le sud du Bénin en 3A.

huskyplate

Premier d’une série d’articles qui devrait en comporter “approximativement 200” selon Hubert Védrine.

Ici, la réponse est simple :
1. Parce que le Bénin, ça fait pas de mal.
2. Pour ne pas avoir Internet.

Ok, Haïti s’est tout pris dans la gueule. Ok, ça fait bobo à la population et c’est pas cool. Ok Rousseau nous a pondu un blabla sur la pitié et la compassion très intéressant (n’est-ce pas la définition du blabla ?). Donc forcément, les internautes se prennent d’une envie d’informer tous leurs amis de cette catastrophe. Jusque là, pas de problème, on fait ce qu’on peut, et relayer l’information c’est important [/bla bla de wannabe-journaliste].

Bon, et puis après on a un tous un contact un peu plus émotionnel que les autres, qui rejoint des groupes à capital politique fort pour QUE LA SYRIE RENDE DES PROVINCES et que les PALESTINIENS ARRÊTENT DE SOUFFRIR et puis je trouve que la GUERRE ÇA FAIT DES MORTS (oui, capital fort parce que majuscules = il faut crier le nom du groupe quand on le rejoint, ça fait de la pub). Parfois, quand on a de la chance, on a un autre contact qui fait une dizaine d’envolées lyriques sur l’horreur de la chose.

Bien bien bien.

J’ai quand même un peu de mal à voir quelques 80 000 gars qui deviennent fan de “une pensée pour Haïti”. Sans compter que dans le même temps, des mecs se lancent des défis de folie comme rassembler 100 000 bretons en moins de 48h (et y arrivent, merci à la mobilisation des plouc’hs de Geek-alec’h dans le Mort-bihan). En fait, concrètement, Facebook a inventé la branlette solidaire, où tout le monde montre une indécente compassion tout aussi virtuelle que sa participation. (oh, des rimes en -tion, KASSDEDI SARKOZY) Limite, j’en viens à préférer les sur-émotifs aux gens qui font juste semblant de pas s’en foutre.

De toute façon même quand Internet s’emballe dans des mouvements de prévention du cancer du sein, ça se termine en sécession de la Facebamitié. “Celles qui postent la couleur de leur soutif” vs. “ceux qui rejoignent tous les groupes de ceux qui s’en foutent”. Quand Internet s’emballe pour twitter virtuellement depuis l’Iran lors des dernières élections, le courant alternatif de la solidarité change de sens pour se tourner vers la mort de Michael Jackson. Et fuck les iraniens. (hey, dédicace Georges W. Bush !)

J’ai du mal à prendre Facebook au sérieux. Et je me demande si il y a des gens qui sont anti-Facebook aux USA. A une soirée, un mec s’est exclamé “how come we’re not Facebook friends ?!” tout en sortant son Blackberry pour m’ajouter. C’est vrai, c’était étonnant, c’était quand même la deuxième fois qu’on se voyait. Pas très sociable, le mec.

Mais maintenant qu’on a en commun l’impressionnant Facebook, on peut se faire des concours des groupes les plus cons. Attention, dans cette liste, des groupes rigolos se sont cachés (mais la grande majorité permet de se poser quand même des questions sur l’espèce humaine)

  • La mort de Johnny ? J’ai du mal à me faire Hallyday
  • 5 fuits/légumes par jours : Autant boire du Punch !
  • Si demain je viens à disparaître, sachez que je suis pour qu’on me retrouve
  • POUR TOUTS LES FILLES QUI SONT PLUS CAPBLE DE LEUR CHEVEUX x)
  • “ceux qui aiment regarder GULLI ronfler…”
  • 20ème anniversaire de la mort de force jaune! Souviens-toi!
  • A l’heure qu’il est, faut être honnête, je me fais chier
  • A tous ceux qui savent que soleil en Aout signifie pâté en coûte…
  • Admirateurs de l’élégance vestimentaire de Pascal Praud
  • ah ouais ouais ouais, ça c’est beau, je dis oui: julien lepers fan club
  • BRICE HORTEFEUX EST L’HOMME LE PLUS MOCHE DU MONDE
  • C’est de la soie sauvage !
  • ceux qui cherchent des traductions exactes des chansons des vengaboys
  • Ceux qui en ont marre d’être amis avec des points d’interrogation
  • Ceux qui n’aiment pas trouver des miettes dans le Nutella.
  • ceux qui sont degoutés parce qu’on peut pas faire de titre long pour les gr
  • Ceux qui voient le juge Van Ruymbeke partout !
  • ceux qui vont exploser la tronche du gars qui à pécho le Tmax jaune de jobi
  • Club de ceux qui pensent que toutes les chansons de Lorie sont pas géniales
  • Comment instancier un réseau SMTP par approche topologique du modèle OSI?
  • Comité de lutte contre les pigeons qui prennent trop la confiance
  • Comité de soutient pour le mec qui n’a plus sa photo sur les Kinder
  • COMMENT ON FAIT POUR S’INSCRIRE SUR FACEBOOK SI ON EST NE LE 1 JANVIER 1910
  • Contre la reproduction des castors lapons hermaphrodites
  • Contre les clowns nains qui fouettent des filles nues
  • Fédération Française du Feu de Broussaille (FFFB)
  • Françoise de Panafieu a un caniche albinos mort sur la tête
  • groupe pour le retour de Jacques Martin à la télé
  • Il m’arrive de quitter l’imprimante en faisant le Moonwalk
  • J’ai eu un pinguin sur le net…
  • j’ai les orteils qui grattent le soir en me couchant
  • j’ai mangé du sable à la récré
  • J’ai toujours rêvé d’un doigt lumineux
  • j’ai un prénom que même mon père n’arrive pas à écrire
  • J’aime contempler les moteurs à ailettes
  • j’élève mon cochon et je le bouffe
  • j’essuie ma vaisselle avec ma serviette de bain!
  • Je cherchais mon nom ds le générik du Club Dorothée mais gt pas membre
  • Je dis “Zidane” sans raison particulière
  • Je mets du gruyère sur les pâtes mais je les préfère sans
  • Je n’ai pas besoin de sexe : l’état français me nique tous les jours !
  • Je ne comprends pas à quoi ça sert que Ducros hisse des carcasses
  • Je ne m’apelle pas Nadège, et toi?
  • je ne pense pas donc je te suis
  • Je ne rebouche jamais le dentifrice et ça m’enerve
  • Je suis mes copains pour aller en cours sinon je suis perdu
  • Je suis une femme… Et je c’est ce qu’est un Hors Jeu !!
  • je tiens l’alcool!!!! c’est la CIA qui efface les souvenirs de mes soirées!
  • Je veux habiter ds le 15e parce que Bernard Ménez peut en devenir le maire
  • L’Européenne de Calembours et Jeux de Mots vaseux
  • la ligue des chiens justiciers qui vaincra la racaille inter-galactik
  • Le Cercle Vicieux de la Raclette Permanente (CVRP)
  • Le groupe du mec tout seul
  • Ligue Internationale Contre le Beurre dans les Spaghetti
  • Merguez Trophy ……….un sport extreme !
  • Mieux vaut rire de tout, que de vomir partout.
  • Moi, j’ose le potage tomate Selecta
  • Nous faisons des oeufs et pouic pouic ils se retournent
  • On ne chie pas impunément dans un plat à tajine
  • parfois, je me trouve tellement géniale que je m’auto-drague.
  • Pas de bras, pas de tecktonik
  • PÉTITION POUR CHANGER LES RÈGLES DU LANCER DE TONG
  • PLUS BELGE LA VIE
  • Pour inoculer la lêpre à ceux qui tapent trop fort sur leur clavier.
  • Pour l’execution des squatteurs de gauche dans les escalators
  • Pour l’inversion des lettres A et B dans l’alphabet occidental
  • Pour la fusion Miss France/Téléthon et qu’on élise le plus beau myopathe
  • Pour la reconcilliation des oeufs brouillés
  • Pour plus de pouvoir d’achat pour les chats
  • Pourquoi le métro qui va dans l’autre sens arrive toujours en premier ?
  • Quand j’ai une galère, je passe en mode Jack Bauer
  • Quand je pisse dans mon froc, je n’ai pas chaud bien longtemps
  • Qui a déjà vu un bébé pigeon?
  • Rien a fout de la grève, j’ai acheté un A 380
  • Si les vaches conduisaient, choisiraient elles : intérieur en cuir d’homme
  • Sylvie Noachovitch est mon modèle politique
  • Tous les soirs en m’endormant, je fantasme secrètement sur Dominique Rizet
  • Viens au prochain concert de Nirvana!
  • Vomir c’est repartir

Facebook, ça permet également, voire uniquement, de faire des concours de “qui a le nom le plus con”. Le gagnant est (à dire avec l’accent chti) Paaaaatrick Duveeeet de Dunkerque ! En fait il y en a un sur Facebook, qui n’a que 10 amis (comment ça c’est la honte “bidule est ami avec Patrick Duvet” ?), qui ne ressemble pas du tout à Patrick Juvet (déception). Mais ce qui a craqué le lieu de résidence ce n’est pas Facebook. Ce sont les pages blanches. D’LA GNOGNOTTE FACEBOK.

Dédicace à Haïti, évidemment. On se tient au courant sur Skype hein.

0

¡Maldita su estampa!

huskyplate

Je commence à penser à concevoir l’éventualité d’être … maudite (ce qui serait cool, à vrai dire. Ça me donnerait un côté atypique et original qui manque à mon personnage.) Vous allez me dire « ben c’est pas trop tôt, t’en as mis du temps à t’en rendre compte ». Oui mais parfois, je peux pas m’en empêcher, j’ai de l’espoir. Ça me rappelle toutes ces années de cathé tiens, où on t’expliquait que l’espoir c’était bien, mais que l’Espoir c’était mieux. Et ils étaient tous persuadés qu’à l’oral, t’entendais vraiment la différence qui ne porte au final que sur la majuscule et quelques guerres de religion.

Tuer pour Dieu, ça reste quand même un peu tiré par les cheveux de Francis Lalanne, sosie officiel de Jésus. Blasphème, j’imagine pas les cheveux de Jésus comme potentiellement très propres. Le Saint-Suaire, c’est pas un peu dégueu quand même comme idée ? Est-ce qu’un mec qui utilise Axe et Head & Shoulders laisserait de telles traces sur ses draps ? NON. Ben voilà.

Je suis plus à un outrage près remarque. Un jour, dans ma prime enfance (genre en 10ème) on m’a demandé de réfléchir à « pourquoi est-ce que sur la croix, Jésus dit à Marie « Mère, voici ton fils » (elle montre Jean), « Jean, voici ta mère » ? ». Mon explication, simple et précise, c’était : à mon humble avis, un mec dont on a cloué les mains et les jambes a le droit de perdre un peu la tête. Ils ont pas aimé, les « chrétins ».

Sans compter que je ne fais pas confiance aux gars qui naissent approximativement un 25 Décembre An approximativement 0 (JC, né en 6 avant JC. BEN CA COMMENCE BIEN.) pour mourir approximativement en Avril de la même année. Et après on me sort que « Dieu sait que bla bla ». Et ben si Dieu sait, qu’il le dise, merde, parce que là on est dans le flou calendaire artistique, ça me perturbe. Fini de parler à l’échelle du quartier, de la région, du pays, bientôt les habitants de la planète X42FZ demanderont quelle est la date et l’heure sur la Terre. Réponse pratique : « Ben tu vois, il est 14h17 à Paris mais pas pareil à Moscou ou à Caracas. Et puis d’ailleurs 2010 mon oeil, chez les musulmans on est en 1431, chez les juifs en 5770, chez les arméniens en 1459 (lol), chez les chinois on est dans le cycle 78, année Ji-chou». Et voilà. Le bordel. Ça nous mène à quoi ça ? Ben tous en string peints en bleu sur Avatar. (disclaimer : je l’ai pas vu, je sais pas si c’est bien)

Bref. Je conçois mal cette notion du sacrifice pour une idée tout aussi approximative (c’est donc une habitude). C’est un peu comme si j’allais me jeter du haut du ministère des finances parce que Chri-chri Lagarde aurait dit que la croissance serait approximativement stable. Traduction : OUH SHIT, la stabilité dans la nullité. La continuité dans le changement comme disait Pompidou (« Ah oui mais on change rien. Ah ben continuons ! »).

M’apparaît bien plus sensé le don de soi pour une chose aussi matérielle que du poulet tandoori ou une carte Flying Blue Platinium.

Tout le reste dans la vie n’a que peu d’importance.

Le problème c’est que je suis éternellement rejetée. J’adore les ordis, mais ils ne m’aiment pas. J’adore les avions, mais ils ne me le rendent pas non plus.

Exemple. Mon vol est à 13h45. Parce que je suis une buse et que j’aurais bien assez de la mort pour dormir, je me prépare à aller dormir à 6h. Là, je reçois un mail d’Air France « ah ben non, ton vol il est à 15h40 ». Et là, le drame. Tu checkes sur le mail : 15h40. Tu checkes sur le site d’Air France, 15h30 (mmh). Tu checkes sur l’aéroport de SeaTac où tu vas quand même rentrer dans l’avion, hein, c’est quand même un lieu important pour la bonne réalisation de tes vacances, et par extension pour ta santé psychologique. Et bien sur le site de SeaTac, paf, 1h45pm on time. Fuck.

J’ai donc officiellement le premier billet où c’est écrit embarquement : 14h55, départ : 13h45. Sont forts chez Air France !

Au final tout est bien qui a commencé mal, je trouve le guichet d’Air France qui doit dater de l’âge de Mathusalem -alias מְתוּשֶׁלַח- où les inspecteurs d’hygiène contrôlaient encore les kebabs de la rue de la Huchette. Au passage, j’ai testé les hot dogs à l’aéroport (l’amour du risque tinninninininninninnin), et fait la connaissance de Seid, qui s’appelle en fait Mohammed (euuuh), et qui restera à jamais la seule personne à kiffer ma main de Fatma dans un aéroport.

Mais venons en à l’avion, où je suis accueillie par une hôtesse à la voix de Marie-Thérèse Porchet (drame n°1). En fait, j’aimerais qu’on m’explique. Est-ce que c’est moi qui cherche les trucs improbables, ou est-ce que c’est tout le temps comme ça.

  • Chef de cabine avec un accent du sud à découper au couteau (« vingtsécatre ») : « C’est votre chef de cabine. *silence* Nous sommes en train de compter … afin de. Silence. Partir. » ET OUI il a cherché une raison autre que « pouvoir décoller », c’est ça le professionnalisme.
  • « Merci de rester assis et de ne pas quitter votre siège ». NON moi je reste assis mais je quitte mon siège, t’as un problème avec les gens qui sortent de leur corps, hein, C’EST CA ?
  • « Le comptage est terminé, on peut fermer les portes ! MERCI ! » = Enthousiasme.
  • L’accent le plus parisien du cosmos : « BONJOUR jmappelle Marc, et on va à Paris. Moi-même et votre commandant de bord Monsieur Frein … ». = Oh noes.
  • “Merci d’avoir choisi ce vol opéré en coopération avec nos partenaires et AMIS Delta Airlines !”. = Bisounous.
  • L’accent le plus français du cosmos : « sorry for the delay, due to the poor condition due to the snow. In Paris, euh, we expect snow, and we expect … delay. »
  • “By the way, we expect turbulence during approximately 1 hour after departure and 1 hour before arrival. I wish you a very pleasant flight”. = lol.

Là moment de la vidéo de démonstration produit au cas que tu meurs. Tout d’abord, mais pourquoi tu les habilles comme ça les hôtesses ? Pourquoi ce petit foulard à la con qui dépasse ? Moi ça me perturbe, j’écoute plus. Je ne note plus que la tête des gens qui reçoivent le masque à oxygène « en cas de dépressurisation ». Ça se sent qu’elle a lieu y a longtemps la dépressurisation, parce qu’ils ont l’air pétés. Et même pas inquiétés par « les portes seront ouvertes par l’équipage ». Ou pas j’ai envie de dire. Y a des fois, elles s’ouvrent toutes seules, ou avec l’aide d’un autre avion. Ou d’un terroriste, ça dépend.

Tiens, ils réitèrent. « Merci de maintenir votre ceinture attachée quand vous êtes assis ». C’est vrai que si on la maintient quand on est debout, on va pas loin. Et pourtant moi j’aimerais bien fuir. Drame n°2, le mec qui flippe en avion.

  • Wherrrre arre you ?
  • Euh, dans l’avion, mais à la base assise à ton siège, ducon. Alors pousse-toi ou je m’assied sur tes genoux. Ah zut, souviens toi, tu es en société. Well, I should be seated right where you are, but it doesn’t matter. (SIIIIIII CA MATTER, si j’ai réservé CE SIEGE précisément en NOVEMBRE Coco, tu crois bien que JE LE VOULAIS, ALORS DEGAAAAAAAAAAGE).
  • Thank u verrrry much.

Mais surtout, drame n°3. Il se met en tête de me parler. Et merde. Me voilà donc coincée à côté d’un mec, qui fait grec, mais le mec tu le grilles à environ, pffft, 7053 pieds d’altitude. Il décide de me raconter qu’il vient de Patra « au sud de la Grèce » (moi j’appelle pas ça le Sud mais bon), qu’il fait un changement à Paris terminal 2E, qu’il flippe parce qu’il est jamais allé là-bas, qu’il aime beaucoup Polytechnique (j’ai dit Sciences Po hein, mais bon, Sciences Po, Sciences Polytechnique, on finira tous par faire de la plomberie hein -surtout moi-), qu’il aimerait bien dormir (BEN VAS-Y JE TE RETIENS PAS) mais qu’il y a de la lumière (toi avoir masque dans pochette, toi prendre toi dormir toi pas faire chier) blablablablabla. Et puis après, il aurait pu mettre l’un des extraordinaires 81 films proposés par la compagnie. 81 films dont la Marche de l’Empereur, le Perroquet Rouge, Goodbye Lenin et Love Actually. Mais non, il a passé en boucle Like a Virgin de Madonna.

J’aurais vraiment dû aller en Grèce.

Après, ce sont peut-être mes perceptions qui sont perturbées par la carte d’Air France. Elle t’affiche les villes importantes : Chartwell, Brighton, Dunkerque, Gant, Calais, Paris (wééé), Fontainebleau, Thoiry. On en déduit donc que Fontainebleau est dans les 5 villes les plus importantes de France.

Tu t’éloignes, tu t’attends à une série de capitales. Et ben non : Mulhouse, Dijon, Luxembourg, Limoges, Nantes, St-Hélier (oui, on cherche loin là), Manchester, Lille, Rotterdam. Paris et Londres vont donc se faire voir.

Méga zoom out : Paris est de retour, Montpellier (devenue 2e ville de France. Si ils suivent les résultats de la L1, je cherche Bordeaux là), Porto, Séville, Tel Aviv, Addis Abebba, Oran, Sfax.

Air France, vous ne vous perdrez plus avec nous par hasard.

0

Ave MMX ! Ceux qui vont clamser t’emmerdent.

huskyplate

Les articles se font rares, certes. Mes excuses, plates et sincères (la sincérité est-elle relative à l’épaisseur ou à la noirceur de nos âmes ? Bonne question, Bernard-Henri.). Il n’est pas facile d’amuser les gens en continu. D’autant plus qu’on ne dirait pas, mais il n’est pas si facile que ça de me faire réellement rire.  Donc si ce que j’écris me semble être nul, je ne le publie pas.

Problème : tout ce que je fais me semble nul, donc je ne publie rien. Parfois je m’inquiète, j’ai l’impression d’être fade. Alors je regarde vers mes idoles. Ceux qui illuminent ma vie, ceux qui me servent de guide à travers les épreuves de ma triste existence. Pierre Desproges (PIEEEEEERRE !!), Dr House (GREEEEEG !!), ou encore les chauffeurs du RER A (PUTAAAIN !!!) .

J’arrête donc ici la grève du blog pour vous souhaiter une très bonne année à tous. Qu’elle soit moins pire que les précédentes et un peu mieux que les prochaines. Et oui, tout est relatif. C’est tout bonnement impossible que chaque année soit meilleure que la précédente. Soit on accepte que les années d’après seront merdiques, soit on accepte de dire que souhaiter la bonne année ne sert à rien. Au final l’année aura été considérée comme assez mauvaise pour souhaiter de nouveau une meilleure (prochaine) année.

Voilà voilà.

Bonne année hein.

Bon, après, on peut se réjouir que cette année, plus personne ne meurt vu qu’ONVATOUSMOURIR en 2012 (ou en 2034,  tout dépend de la construction de morgues de 3e ou de 4e génération on sait pas trop). Moi j’y crois, à fond même. Pourquoi ? Je vais vous dire pourquoi. Parce que 2010 est l’année européenne de la lutte contre la pauvreté ET la date-butoir de l’UE pour stopper l’érosion de la biodiversité. Europe qui a probablement prévu de stopper la guerre, la maladie et la sécheresse en 2011; puis sur la dernière ligne droite de stopper le trafic  de drogue, le lait qui sort de la casserole, ainsi que les lipdubs de l’UMP en 2012. C’est ballot, l’UE avait prévu de stopper la mort en 2013.

ÇA CACHE QUELQUE CHOSE TOUT ÇA.

Sinon, globalement, on va se faire chier. JO de Vancouver, inauguration de tour à Dubai, des éclipses (qui permettront, comme à chaque fois, à des cons de se rôtir les yeux avec des lunettes artisanales made in papier d’alu), peut-être le PS qui sortira de son éclipse aux régionales (qui permettront, comme à chaque fois, à des cons … non la liste est trop longue là), et enfin, la coupe du monde de foot en Afrique du Sud. “Ah mais oui, mais la France a pas passé le premier tour parce que euuuuh c’est l’hémisphère Sud. C’est l’hémisphère Sud DONC l’eau tourne dans l’autre sens, euh, ben les français avaient peur de marquer contre leur camp, donc euuh, ils ont préféré pas marquer du tout. Mais ça n’enlève rien, bien entendu, au talent de nos joueurs.”.

D’aucun dirait que le charme de la nouvelle année réside dans le fait de chercher à tout prix le changement. Une tradition dans ma famille consiste à porter quelque chose de neuf le 1er janvier. J’ai vaguement entendu parler de vagues de résolutions. J’ai aussi vaguement entendu parler d’un mouvement contestataire, pseudo-rebelle, du type “nooon moi j’en prends pas ça sert à rien, je les tiens pas”.

C’est vrai. On les tient pas. Pire : on s’en souvient pas. Je serai incapable de vous dire mes résolutions de l’année dernière si je ne me souvenais pas que je n’en avais pas prise. La flemme de me remettre en cause probablement. Alors cette année, en bonne geek, c’est Internet qui va me remettre en cause avec le générateur de bonnes résolutions  (http://moninavelarde.com/newyears/) !!! C’est parti.

20. Realize none of us are strangers. « Nous venons en paix » (pour commencer la guerre)
19. Start or actually update my blog. A force de côtoyer Internet, Internet me connait bien.
18.
Enjoy every minute de ma vie de merde.
17.
Be positive. Bon ok ma vie c’est pas de la merde.
16. Believe. Putain comment Internet il sait quand je blablabullshite.
15.
Give up a bad habit. J’ai pas de bad habit, résolution éliminée.
14. Look up at the sky. Ah, ben au final on va dire que je give up la bad habit de look up at the sky.
13.
Be productive. Aha, heureusement que j’ai arrêté de regarder le ciel.
12. Take a nap. La résolution d’avant est pas prête d’entrer en vigueur, en fait.
11.
Make. More. Money. Je m’enfonce dans l’enfer des résolutions qui s’auto-annulent.
10.
Win the lottery. Ah ben tout s’explique. BRAVO LA MERITOCRATIE.
9.
Grow basil. Oui mais il faudrait dans ce cas là que j’enlève mes plants de cannabis, ça m’aide pas à gagner plus d’argent c’t’affaire. Je pense qu’il y a quand même plus de potentiel financier dans le commerce avec les drogués qu’avec les amateurs de tomates-mozza.
8.
Frost cupcakes. Spacecakes, amigo. Pourquoi se priver d’un débouché ?
7.
Flip pancakes. Désolée moi je fais que du flip cup.
6.
Donate my time. Dégage, c’est le mien.
5.
Hold the door open for others. Et la lâcher dans la gueule de certains.
4. See the good in people. J’ai jamais dit que ceux qui se sont pris la porte le méritaient, ils n’étaient qu’amour.
3.
Be on time. Et merde.
2. Love. Et re-merde.
1.
Spread joy. Si je spread de la whipped cream à la place, ça marche aussi non ? En plus j’ai failli m’appeler Joy. C’est con ça, j’aurais rien eu à faire qu’à m’auto-étaler. Et ça, j’ai plus de 20 ans d’expérience.

3

Le CEVIPOUF a encore frappé.

huskyplate

Parfois Internet, c’est chelou.

Que mes potes lisent mon blog, je trouve ça super génial merci bisous <3
Sans compter les gens qui mettent des liens vers mon blog, danke sehr encore une fois. D’ailleurs moi aussi j’ai des liens en bas à droite, c’est pas qu’à usage personnel.
Que les potes de mes potes lisent mon blog, c’est gentil bisous aussi.
Que des gens sans aucun rapport avec moi lisent mon blog, je trouve ça déjà bien plus inquiétant fascinant. (merci aussi)

En effet je ne connais personne à Sidi Bel Abbès (je vous jure), Bagnols-sur-Cèze (et merde, l’autoroute à côté c’est l’A7 pas l’A16), Gouvieux, St-Jean de la Ruelle, Colchester, Tunis, Annecy-le-Vieux ou encore Basse-Yutz (nom rigolo). Sinon je suis très lue à Franconville. Bon à savoir. Je trouve ça cool au passage que dans la liste, St Cloud soit entouré par Ithaca (coucou Juliette) et Beverly Hills (coucou Louise je suppose).

Anatomy of the world

Coucou à mon visiteur sur Opera, mes 3 visiteurs iPhone (j’aime à savoir que des bourges se glissent dans le tas), mes 17 boulets qui ne prennent pas en charge Java (oui stat importante), mes 17 personnes aussi qui utilisent le wifi de ScPo pour passer le temps en CM.

D’après Google Analytics, il fut une époque où l’on pouvait accéder au Calamar Déchaîné en tapant “will smith oreilles décollées”. Ben par ici c’est pas mieux.

  1. Le top du top des mots clés reste “Anatomy of Seattle”. Ouf.
  2. Le 2e et déjà ça part en vrille (record) : c’est quand même “air france vérification de la porte opposée”.
  3. Puis “alert à maliub” (dans le Kazakhstan)
  4. Suivi de “bisous” (mais qui est le con qui tape bisous ? et surtout, qui se tape au minimum 49 pages avant de cliquer sur mon site)
  5. Celui-ci me laisse dans une grande perplexité. Parce que si c’est quelqu’un qui a lu mon blog, est à ScPo mais ne se souvenait pas du titre, admettons. Si c’est juste quelqu’un de Scpo, là, je m’inquiète. Le mot clé est : “blog cédric prunier sciences po seattle”.
  6. En 6 & 7 nous avons deux personnes qui n’ont pas du être déçues du voyage : “classement george washington university usa” et “classement UFC 2010”. Idem pour ceux qui veulent savoir combien d’heures d’avion y a t’il entre Seattle et Paris (la réponse est “beaucoup” mais de toute façon si tu veux venir, t’as pas le choix, pis l’avion sera toujours plus rapide que la combo vélo + pédalo)
  7. Alors là un de mes préférés, quelqu’un a tapé “habille toi comme un property et non pas comme un suspect” dans Google et est tombé sur mon blog (résultat n°1 haha) alors que j’ai jamais joué toute seule à Kamoulox.
  8. Quand même deux entrées pour savoir l’âge de Maurice Olivari ou juste qui est cet homme extraordinaire.
  9. Grandiose aussi, nous avons deux entrées là aussi qui font parties des meilleures de la terre, l’une étant “image bisounous gothique” et l’autre “image de bisounours qui fait un fuck”.

Je pensais que j’avais atteint le summum là, mais je me trompais lourdement. Depuis que j’ai commencé à écrire cet articles sont apparus de nouveaux mots clés. Je vous laisse savourer, comme dirait Raymond Domenech.

  • fake ID plastification (n°3, subversion)
  • camionnettes putes (n°9, Joan on t’a reconnu)
  • quelqu un connait t il le classement des four de que choisir (n°24) (Le jour où Google met une option un peu comme avec la calculatrice, qui affiche en haut “Oui, moi.” et ne met aucun lien, je meurs de rire.)
  • t-shirt superman,hello kitty ou les trouver a bourge?? (tous ensemble : “DTC”.)

Dans les années 60-70, des milliers de chercheurs, de scientifiques, d’ingénieurs, réunissèrent leurs efforts pour créer un réseau d’ordinateurs à l’échelle mondiale, capable de transporter des données au dela des océans et des frontières. Ils pensaient que cette aventure extraordinaire permettrait aux cerveaux du monde entier de faire connaitre leur travaux, de répandre leur savoir et leur reflexion. Au dela d’un réseau d’ordinateur, c’etait un réseau d’êtres humains qu’ils voulaient tisser, pour faire avancer l’humanité toute entière, partager l’information, la connaissance. Heureusement pour nous, tout cela disparaitra bientôt, et nous pourrons enfin faire d’Internet ce que nous voulons tous : une boite de nuit virtuelle géante ou on drague des boudins sur IRC en écoutant un mp3 de Ricky Martin tout en scannant sa photo en 16 millions de couleurs pour etre élu Mister Infonie.
(Ca commence à dater, mais ce site restera à jamais mon préféré.)

1

P-sicko-pathes.

huskyplate

Dr House me manque. Les housisms, évidemment, mais SURTOUT, SURTOUT : le catalogue de maladies que je peux avoir. Grâce à Dr House, je me suis autodiagnostiqué avec succès 2 tuberculoses infectieuses, 1 petite pneumonie nasale, 1 syndrome de Münchausen, 2 narcolepsies, 19382 schizophrénies, 3 cancers de la prostate et 1 syndrome du membre fantôme (-10% sur le total avec la carte Monoprix-QFC-Club Dorothée).
L’hypocondriaque est rigolo. C’est le seul qui ne se voile pas la face, il revendique son hypocondrie : ça fait une maladie de plus, OUAAAIS !

Depuis que je suis arrivée j’ai été vraiment malade deux fois, dont ces derniers jours. Mais bon, mercredi ça allait un peu mieux, je me croyais sortie de l’auberge française, j’étais perdue au milieu de mes pensées (pardon, de ma pensée,  faut pas déconner) à me dire que quand même, la fièvre/toux/nez qui coule, c’était pas si grave, au moins j’aurais pas eu la conjonctivite (ah elle est bien n°2 sur le classement des maladies chiantes que j’ai déjà eu c’te pute).

Ben tu le vois venir Elvire, qu’est-ce que je me tape pas jeudi matin ? Une petite CONJONCTIVITE. Et là je pense à mes lecteurs qui trouvent que  quand même, les explications qui sentent bon la Soupline  lavande sont toujours “un peu trash”. Afin de leur éviter d’aller chercher par eux-mêmes les tenants et aboutissants de tout ça, je vais leur expliquer en deux mots. Les mots sont : LA et MERDE. Tu te réveilles, tu te demandes si t’as rêvé ou si la veille tu pouvais encore ouvrir tes mignons petits yeux. Ben là, non. Alors tu descends de tes combles via tes escaliers à faire pâlir un chamois (médaille) d’or de descente montagneuse, tu considères l’option “(faire) installer une barre de pompiers”, et tu te rends compte une fois dans la salle de bains qu’en fait, tes yeux ont décidé de s’inonder d’une sorte de morve bizarre. Et ça colle. Errrrk. D’ailleurs la nature trouve ça dégueu aussi, alors plutôt que coller jusqu’à la fin des temps, ça sèche. Heureusement une fois que tu t’es arraché les cils, t’as plus de problèmes.

Bon ben cette fois-ci on me la (re)fait pas, je suis à l’étape “début des emmerdes”, je me rends direct à la pharmacie la plus proche la moins éloignée à la pharmacie quoi, et je me la joue française.

En France tu viens dans une pharmacie, tu dis “bonjour, j’ai une conjonctivite”, le pharmacien te répond “ah oui, je vois” en se foutant de ta gueule parce que t’as le regard d’un rat de laboratoire dans les phares d’une bagnole (c’est Minus et Cortex Cortex Cortex), et il te donne ta collyre antibiotique. Emballé c’est pesé.

Aux USA tu regardes un peu les produits, tu prends de la Visine, tu dis “bonjour, j’ai une conjonctivite”, le pharmacien te répond “oh yeah, I see that. I’m so sorry.” (ah c’est donc toi qui me l’a refilée ?). Et il te rajoute l’air de rien que ce que tu veux prendre sert à rien, ce sera même pire, la seule solution c’est d’aller au Health Center se faire prescrire les fameuses gouttes. Et puis de toute façon “it’s going around, many people are getting it these last days“. Bon ok, c’est parti on y croit, on retraverse le campus direction le HC.

Ben fallait pas y croire.

Etape 1 : le dossier. Nom prénom numéro de téléphone adresse assurance (“ben en fait euh j’ai une assurance mais PAS TROP…”), choix d’un contact sur place au cas où TU DÉCÈDES, sur le billard je suppose. Pour une conjonctivite. Et au Health Center de l’uni. En plus j’imagine tellement une salle d’opération sousterraine (jolie ortho) pour étudiants, la faute aux restrictions de budget, qui opèrent sur de vraies tables de billard entre deux beer snooker.
Ou alors décès dans les salles d’attentes, parce que c’est vrai que tu poireautes tellement longtemps qu’à côté de la sortie y a un stand  d’huile d’olive première pression pour l’extrême onction. En fait ce dossier CIA ça a beaucoup de gueule mais ça vaut que dalle. Déjà parce qu’elle a quand même mis que mon année de naissance était 1979. Et ça l’a pas choquée, merci (ça a plus choqué le médecin qu’à 30 ans je sois undergrad. Différence culturelle là aussi, car en France un étudiant en médecine de 30 ans qui retape sa 3e année en Roumanie, c’est normal.). Ensuite, parce que j’ai dit “bonjour je veux juste une ordonnance en fait, j’ai une CONJONCTIVITE”  et en bonne CAP Secrétariat médical elle m’a dit “oui ok vous allez voir une infirmière”. D’un autre côté le prochain rdv avec un médecin disponible était Lundi prochain. Pas de veine (huhuhumour de médecin).

Etape 2 : la signature du dossier. Tout électronique, tu sais pas ce que tu fais mais alors les décharges (y compris la décharge pour te laisser examiner MALGRÉ le fait que tu sois venu de ton plein gré) tu en signes. Tout ça pour que ce soit plus simple la prochaine fois. Oui mais tu as droit de venir qu’une fois par trimestre. Hinhin.

Etape 3 : la salle d’attente au fond du couloir, mais pas celle des tuberculeux swine flu. Ceux qui toussent ont droit à un masque bleu trop cool, toi tu as droit à ceux qui toussent aussi mais qui sont pas là pour ça, donc on considère que c’est pas grave. On est gentil on se concentre sur sa maladie, on ne disperse rien d’autre que ses microbes.

Etape 4 : WEEE quelqu’un.
Moi : Bonjour j’ai une conjonctivite. (au bout d’un moment y en a un qui va croire que c’est mon nom)
Pas moi : Ah ben il faut que voyiez un docteur l’infirmière en chef enfincétoupareilhein.
Moi : Ah oui mais non j’ai mon BTS médecine je sais que j’en ai pas besoin.
Pas moi : Fuck.
Moi : ok.

Etape 5 : Attente du rdv à 15h40. 16h. Toujours personne.

Etape 6 : un infirmier arrive ! Et là, on peut juger l’excellence des cours 101 how to make a patient feel relaxed : “when did it start ?”. Ce matin. “WOUAH”. Ah oui fais moi plaisir mec. Le gars écrit en majuscules sur son ordi “PINK EYES”. Oui il faut savoir qu’ici tu as les yeux rouges mais ils sont roses, tu es roux mais tu as les cheveux rouges (alors qu’en fait c’est orange on est d’accord), tu traverses au vert mais le feu est blanc… Et tu fais des examens sur des “blue books” qui sont des cahiers appelés en espagnol “libros verdes”. Il y a donc des langues encore plus cheloues.

Etape 7 : “I’m gonna check your vitals !” Mais je t’ai dit que j’étais pas en train de mourir, j’ai juste besoin de mes putain de gouttes pour les yeux !!!
Prise de température. L’infirmier me gratifie d’un “good job“. Idem pour la tension. Ouais je sais je gère.

Etape 8 : Il se barre en marmonnant “A doctor will come.” MAIS PUTAIN.

Etape 9 : observer la salle, être tentée de piquer une boîte de pétri et quelques seringues au cas où (c’est pas écrit DO NOT TOUCH). Et ben apprenez qu’un test de grossesse c’est 40$ pour une mauvaise nouvelle, un test “l’intégrale des hépatites” c’est 160$ la mauvaise nouvelle, le moins cher c’est un test sur la syphilis, seulement 17$ HT, les économies d’échelle tout ça.

Etape 10 : le médecin arrive, s’excuse du retard (30 minutes). “You are ?”. Ben I am passablement énervée avec mes “pink eyes” (et je DÉTESTE le rose). Et là elle montre mes yeux, elle prend sa respiration et elle me dit “vous êtes là pour ça ?”. BEN NON Ducon, mes yeux rouges sont assortis à mes pieds bleus, c’est le fait d’avoir deux oreilles qui m’inquiète.

Et à la fin, 2h30 après ton arrivée sur place (pendant lesquelles tout le monde est passé, même les gens arrivés après toi. ‘Ai pas compris.), tu termines dans une pharmacie cheloue où ils ont du prendre 31 personnes depuis le début de la journée selon leur ticket de boucherie à récupérer à l’entrée.  Et ça recommence, entre deux vérifications d’identité. “Vos gouttes, vous comptez les mettre dans les deux yeux ?“.

RAAAAAAAA donnez moi de l’arsenic qu’on en finisse.