0

Gleeden : vous avez un nouveau visiteur !

Screenshot

Moral ou pas moral, c’est une autre question. Parlons pratique. Depuis déjà quelques années, il existe un site internet qui se spécialise dans les relations extra-conjugales. Alors n’hésitez plus, et suivez Barbara, notre faux profil. Pour vous, elle a testé Gleeden.com.

Barbara, 27 ans, 1m69 pour 62  kg. Sur Gleeden, il n’y a pas encore les mensurations mais l’indication « silouhette : mince » fera l’affaire. Yeux verts, longs cheveux blonds, le virtuel permet toutes les approximations et tous les fantasmes. Du coup, profil attrayant, succès retentissant. A peine inscrite sur Gleeden, la journaliste Barbara se fait visiter. Une petite pop-up apparaît presque immédiatement en bas de la page couleur parme. « Vous avez un nouveau visiteur ! ».


« Slt ça va ? »

Même pas une minute plus tard, les fenêtres de chat se multiplient dans la barre de bas de page. Dans 80% des cas, l’homme se contentera d’un simple « bjr ». L’original se lancera dans des salutations en anglais ou en italien (mais où sont les turcs et les slovaques ?).

Parfois, le membre de Gleeden se perdra dans une série de compliments basée sur la fiche profil. Forcément, Barbara est active, drôle, fiable et sophistiquée. Elle recherche de la complicité tout en discrétion, mais surtout sans engagement. Plus tourné vers le sexe que Meetic, Gleeden lui a permis d’avouer qu’elle aimait utiliser des sex toys et regarder des films érotiques. Un cliché que le membre de Gleeden a jugé crédible au possible. Aussi, il s’est souvent lancé dans une supplication quelque peu pathétique : « tu es occupée ? Tu ne veux pas parler un peu ? ». Oui, Barbara est occupée. Barbara teste Gleeden.com.


Dimanche, 2:19 am

« Une aventure extra-conjugale en Amérique Latine ? Un coup de foudre en Asie ? Une amitié au coin de votre rue ? Toutes les rencontres infidèles sont possibles ». Si Gleeden.com propose si gentiment, Barbara va donc se laisser tenter. Personnellement, je suis assez peu intéressée par ma rue. Je la connais, et je sais bien ce qui s’y trouve.

Le rêve, je le sais, se cache hors de mon environnement proche. Parce que j’ai fait Sciences Po et donc que je suis « l’élite de la France », je connais l’existence des fuseaux horaires. Me voilà donc dimanche à 2h19, tapant mes identifiants. Top, c’est parti ! Et ben non. Rien du tout. Le calme plat. Dimanche, Mari volage dort avec Bobonne, rêvant de sa future semaine torride. Mari volage se connectera au site du Lundi au Vendredi après sa pause déjeuner, avec un pic notoire vers 15h. C’est pas comme ça que Barbara va finir au bras de son bel uruguayen …


Remboursez !

A ce moment précis, Gleeden affichait 583 999 membres. Un chiffre aux accents de prix promotionnel sur TéléShopping. Plus impressionnant, Gleeden dit ratisser des adhérents dans 159 pays. Ce qui signifie, sachant qu’il y a un peu moins de 200 pays dans le monde, qu’il y a de fortes chances pour que l’on puisse chopper au Bhoutan, en Azerbaïdjan ou Lituanie.

L’histoire ne dira pas comment ces personnes auront eu connaissance du site. Les langues disponibles sont prometteuses pourtant : anglais, français, italien, espagnol. Étrangement, le site persiste à me géolocaliser et à me proposer des individus me clamant des « slt jème bi1 ton profile ». En tout cas, quelque soit la provenance de l’individu de sexe masculin, tous doivent porter la main à la bourse.


Remboursez … parce que c’est cher, quand même.

« Tu cherches des sensations nouvelles avec un homme d’expérience qui peut t’ouvrir à de nouveaux désirs ? Ecris-moi ! » me lâche un célibataire parisien de 54 ans. Pour envoyer ce message, il a dû débourser 4 crédits. Pour peu que je lui en aie envoyé un, il lui en couterait 3 crédits. Mais c’est essentiellement par le chat que les rencontres se font. Là aussi, l’investissement est de taille.

Utilisateur : salut
>> Barbara ne répond pas
>> déconnexion de Barbara
= Utilisateur ne perd pas de crédits.

Utilisateur : bjr moi c’est Olivier
Barbara : moi aussi !
>> déconnexion de Barbara
= Utilisateur pleure ses 4 crédits.


La faim justifie les moyens.

Comme il y a environ une femme pour 20 hommes, le site peut se permettre de doter les femmes d’un compte “privilège”, avec crédits illimités. Du coup, quelques hommes ont la parade, et envoient des messages enflammés à de jolies demoiselles sous le prénom de Corinne, lesbienne. Le seul moyen en effet pour une “fille” de rentrer en contact avec ses congénères.

Les hommes hétérosexuels devront quant à eux choisir entre le pack découverte (25 crédits pour 14,99 euros), le pack 100 (100 crédits pour 39,99 euros), le pack 400 dit le best-seller (400 crédits pour 99,99 euros) mais surtout le seul l’unique le grand : le pack VIP accès illimité. Même si Gleeden promet une discrétion totale sur les factures, il va falloir justifier le dépense mirobolante à sa moitié. Mais bon, il faut savoir ce que l’on veut parce que pour 499,99 euros, c’est open chat.

Gleeden se targue de vérifier les profils, afin d’éviter les arnaques et les faux comptes. Depuis notre inscription, mi-janvier 2011, la success story de Barbara se confirme. Notre avatar est déjà favorite chez 24 hommes et a été marquée « coup de cœur » par 79 autres. Les propositions de rencontres se multiplient, et même lorsque notre enquête est révélée, la plupart ne se découragent pas ! Mais ils n’ont aucune chance. Leur demander point-blank « est-ce que tu baises ? » en effarouche une bonne partie. Aucune culture du patrimoine culturel des Inconnus. « ll ne faut jamais prendre les gens pour des cons, mais il ne faut pas oublier qu’il le sont », clamaient déjà les humoristes dans les années 80.

0

Schumi, Schumi, Schumi revient (parmi les freins)

schumacher_hockenheim_1997

Il y a des choses qui ne se comprennent pas. Pourquoi s’acharne-t-on à demander la date de ses adieux à Michel Galabru alors que personne ne décourage les acteurs de RIS police scientifique ? Pourquoi Aznavour se sent-il de faire ses adieux (régulièrement) alors que Christophe Maé persiste dans le métier et que 97% des anciens star-académiciens n’a même pas eu le temps de dire « bonjour » ? Pour être rappelé probablement. De Gaulle, en son temps, avait joué cette carte avant de découvrir le désert (ce qui a sans aucun doute été d’une grande aide dans le traitement postérieur de la guerre d’Algérie).

Et voici donc pas que, crescendo dans le drame, Johnny fait sa dernière tournée, Michael Jackson ses dernières volontés, Lost son ultime saison. Et Pierre Desproges est toujours mort. Le monde va mal.

Heureusement, le cercle vertueux de la vie continue : les jeunes loups remplacent les vieux éléphants (enfin, presque partout), et qui va à la chasse perd sa place. Sauf : des fois.

C’est en effet la grande mode des retours, plus ou moins gagnants. Ressortis du placard, Patrick Sabatier, La roue de la fortune ou encore Le juste prix font les choux gras des chaînes de télévision. Larusso et Ophélie Winter ont tenté d’amorcer leur come-back. Sur la scène politique, Balladur Rocard et Juppé, qui avaient en leur temps gagné la Prime Minister Academy, ont décroché la présidence de commissions de réflexion pour le gouvernement. Sans parler des cris d’exposants en colère au salon de l’agriculture : Chirac 2012 !

Mais c’est surtout le monde sportif qui s’illustre. Chacun à leur époque, les footballeurs ont toujours su partir pour mieux revenir, tel Zidane, revenu sauver la France et régler ses comptes à Materazzi. Cet été, Lance Armstrong a repris son vélo et Michael Schumacher sa tu-ture. Manque de compétition ? Manque de sous ? Besoin de relancer la ferveur parmi les fans ? C’est en tout cas un « service amical » que Michael ne pouvait pas refuser, en tant que conseiller de Ferrari, et en tant qu’emblème à la renommée éternellement liée à l’écurie italienne. Pourvu qu’il ne faille pas trouver un remplaçant au remplaçant suite à un mauvais accident …

Faut-il rêver, alors, en ces temps de crise, d’un appel massif à des retraités moins chers mais expérimentés pour aider la croissance malade à se relever ? Si certains retours sont gagnants, alors tous ont le droit à leur chance. Y a pas que TF1 qui a le droit de relancer Jean-Luc Lahaye, qui se fit un plaisir de garnir les rangs de la RFM Party 80. Alors à quand une tube de l’été d’Yvette Horner, un tour de France entre Poulidor et Merckx, un nouveau record d’athlé de Carl Lewis, un match de boxe Muhammad Ali vs Mike Tyson, un blockbuster avec dans le rôle phare Kirk Douglas, un match de le foot avec Raymond Kopa capitaine, une course de Formule 1 gagnée par, une Présidentielle gagnée par Valéry Giscard D’Estaing qui nommerait Pierre Mauroy pour premier ministre ?

Avant de regretter nos morts, il serait sage de profiter de nos vivants, non ?

Credit photo : Creative Commons / Cord Rodefeld

0

Adhésion à l’UE : loukoums ou geysers ?

http://perspectivesgeopolitiques.files.wordpress.com/2008/11/islande2.jpg

Le Traité de Lisbonne donne encore des sueurs froides aux politiciens et des soupirs aux Irlandais fatigués de voter jusqu’à ce qu’ils tombent sur la bonne réponse. Et bien été ou pas, vacances ou pas, pas de répit pour l’Union Européenne qui a reçu une nouvelle candidature à l’adhésion le Jeudi 23 Juillet 2009.

Et tout le monde s’en fout.

Pourtant c’est le début de la fin des harengs. Après des années à proclamer leur indépendance économique, politique, sociologique, linguistique etc-tique à qui voulait bien les entendre (pas grand monde donc), ce sont les ISLANDAIS qui se décident à faire valoir leur statut d’européen et espèrent une adhésion à l’horizon 2012 ! Raison : ils seraient scandinaves, les bougres.

Totalement effarée par une telle injustice envers les Turcs, je me suis empressée de demander leur avis à mes meilleurs amis virtuels globaux du plus beau réseau d’information de l’univers après la CIA, le Minitel et Frédéric Lefebvre : Facebook.

Alors sur la Turquie, on est radical : 3581 membres dans le groupe Non à l’entrée de la Turquie dans l’Union Européenne, seulement 60 pour l’ouverture dans le débat : « Non aux Turcs ds l’UE jusqu’a qu’ils ns débarasse de leurs chiotes à la con ». Et personne ne proteste quant à l’adhésion Islandaise. Après tout, les deux font partie de l’Eurovision et de l’EURO de foot. Pourquoi une telle réticence ?

C’est décidé, je milite anti-Islande européenne.

  • Parce que les Islandais sont des opportunistes. 
    Combien de fois les Islandais se sont-ils vu refuser leurs demandes d’adopter l’Euromais sans adhérer à l’UE ? Ça, c’est chercher le beurre et l’argent du beurre, un peu comme la Turquie cherche l’Europe sans les Droits de l’Homme et les Français l’Europe sans les plombiers polonais.
    L’Islande, pour faire comme tout le monde, aimerait bien d’une Europe qui ne vienne pas trop bidouiller dans ses arrangements de pêche en eaux territoriales. De toute façon, Sarkozy est en repos alors que craindre ?
  • Parce que l’Islande c’est une île trop loin, trop petite (bon, trois fois plus grande que la Belgique), trop vide : moins peuplée que Malte avec seulement 320 000 habitants. Le problème c’est que l’île peut être résumée à l’équation volcans + glaciers. La moitié des habitants de l’île habitent … Reykjavik. Et où est Reykjavik ? Sur le plaque nord-américaine, et non sur la plaque eurasiatique. CQFD.
  • Scandinaves, oui, mais quelle Scandinavie ? Les Danois nous ont envoyé Andersen et Lars Von Trier, les Suédois IKEA et les Krisprolls, les Norvégiens les Fjords (miam), et les Islandais, ils nous ont envoyé quoi ? Bjork. CQFD.
  • Quand on regarde l’islandais, c’est pas plus choquant que le turc concernant la proportion lettres/tréma. Mais surtout, « l’occupation danoise de l’Islande de 1380 à 1918 n’a eu quasiment aucune influence sur l’évolution linguistique de l’islandais » (Wikipedia). Et t’appelles ça de l’intégration européenne ? CQFD.
  • Et puis d’ailleurs c’est pas comme si Danemark = Europe, hein. CQFD.
  • On dit à la Turquie de se contenter du Conseil de l’Europe. L’Islande fait partie en plus de l’AELE, l’EEE et l’espace Schengen. Et ben voilà. Gourmands. CQFD.
  • « Geyser », « désert », « Dunkerque », chacun sa particularité géographique, on en fait pas tout un plat hein. CQFD.

Si l’Islandais semble conservateur (exemple : il peut lire un texte du 12e siècle sans aucun problème), il n’en est pas resté pour autant au temps des Vikings. En effet, l’Islande n’a pas toujours été dans la merde, avec un PIB qui devrait se contracter de près de 10% cette année. Récemment encore, elle pouvait se targuer d’une excellent 4% de croissance par an. Le problème c’est que leurs actifs du secteur bancaire ont représenté jusqu’à 11 fois leur PIB … Coquin, l’Islandais faisait mumuse avec la « hot money » depuis son cocon arctique.

La crise est passée par là et l’islandais a du parler de gjaldþrot, þjóðnýting et de atvinnuleysi (faillite, nationalisation, chômage. Enfin, je crois.). Et là, l’Islandais ditnei (non). Le gouvernement démissionne et le Parti de l’Indépendance perd le pouvoir après 18 ans de règne sans partage (conservateur qu’on a dit).

Et voilà donc les sociaux-démocrates qui prévoient un retour à l’équilibre budgétaire en 2013, mais surtout, une adhésion à l’Europe. Et pour cela, ils sortent l’armada classique du pays-qu’on-aimerait-dans-l’Union-mais-qui-ne-veut-pas : la flopée de sondages « pour ou contre l’entrée dans l’UE ? ». Le problème c’est qu’en Islande, 800 personnes font un échantillon représentatif. On arrive donc facilement à près de 70% d’islandais favorables à une candidature (contre 48,9 en Septembre 2007) et 70% souhaitant un référendum sur l’entrée du pays (probablement les mêmes).

70% de 800 personnes, ça te fait pas forcément gagner un référendum.

Chez les grands chefs à plume de l’Europe, on s’excite déjà de se voir enfin reconnaître ses vertus de stabilité et d’avoir converti un non-convertible (car l’Islande n’est pas la Suède IKEA). « Je pense que la candidature islandaise renforcera la dimension nordique de l’Europe » affirme M. Bildt, ministre des Affaires Etrangères de la Suède (qui préside l’UE). Latins, révoltez vous ! Le froid va-t-il s’abattre sur l’Europe avec une future adhésion de la Norvège ? Le ver est dans le (sorbet de) fruit islandais : placée pile sur un rift, l’activité volcanique ne cesse de faire grandir l’île … Et si demain elle accueillait plus d’habitants et avait la majorité dans l’Union ? Tout ça au nom du contact avec l’Arctique, région importante pour l’environnement (et les ressources naturelles, au passage).

T’avais qu’à pas voter Europe Ecologie, mon gars.

Finalement, c’est quoi l’Europe ? L’islandais, entre deux parties de surf sur des geysers, délaisse sa baleine domestique pour nous donner sa définition de européanisme. « L’Islande est plus européenne que nord-américaine, car elle estlibérale par rapport à l’alcool, au sexe et à la laïcité. ». C’est donc ça l’Europe libérale…

En fait je crois que je préfère l’Islande à la Turquie.

Crédit photohttp://perspectivesgeopolitiques.files.wordpress.com/2008/11/islande2.jpg