0

Brothers

brothersfilm

Âmes sensibles, s’abstenir. Pardon, je reformule. Filles ultra-sensibles, s’abstenir. Le Calamar a testé pour vous « aller au cinéma avec une horde de fille fans de Tobey Maguire », et il ne s’est pas encore remis de la quantité de larmes qu’un corps humain peut déverser sur un aussi petit laps de temps. Pourtant, Brothers avait réussi ce que peu de films sur le sujet pouvaient se targuer d’avoir accompli. Jim Sheridan signe ici un drame sur un sujet aussi dramatique que les conséquences de la guerre sur la vie d’un homme, d’une famille, d’un pays; et ce sans pour autant tomber dans le scénario larmoyant.

Réaliste, cru, naturel, Brothers exploite la cellule familiale pour mieux décortiquer la psychologie de ceux qui sont concernés de trop près par la guerre. Remake d’un film danois de 2004 (Brødre), le film suit l’évolution de Sam Cahill (Tobey Maguire) et de sa famille. Fils prodigue d’un major de l’armée américaine, mari aimant et père responsable comme le veut l’image d’Épinal, Sam est envoyé en Afghanistan. Il laisse derrière lui ses deux enfants et sa femme Grace (Nathalie Portman), ses parents et son frère Tommy (Jake Gyllenhaal) tout juste sorti de prison. Le drame est prévisible : Sam est donné pour mort et la famille doit réapprendre à vivre avec le deuil.

Tommy va alors se révéler un soutien essentiel dans la vie de Grace, évidemment détruite par la nouvelle (jolie performance de Nathalie Portman, qui garde une fine sobriété dans l’émotion). Le film réalise alors une rapide (un peu trop ?) ellipse dans le temps en juxtaposant les scènes de la transformation de l’ex vilain petit canard marginalisé en oncle idéal, adoré des enfants, confident de la mère, qui repeint la cuisine et fait du patin à glace. Et il fait même plus : il embrasse sa belle-sœur. Heureusement, dans cette évocation de la problématique du retour à la vie (notamment amoureuse) pour les veufs, la morale est sauve : certes, ils s’embrassent après avoir fumé un joint et c’est pas joli joli, mais ils ne font que s’embrasser. Ouf.

De toute façon, le tournant dramatique a lieu peu après : Sam n’était pas mort, il était juste retenu en otage par les Talibans. Ah ben c’est bon, on est rassuré, tout va bien alors.

Et bien non, et c’est justement là que le film prend une dimension rare de qualité grâce au jeu de Tobey Maguire, littéralement exceptionnel en soldat torturé, blessé, hanté par ses actes et ses souvenirs. Aucune fausse note finalement au sein de ce trio d’acteurs, tous très bons dans une périlleuse entreprise de camouflage de sentiments et faiblesses. Sobre, calme, les liens entre les frères gravitent autour de la courageuse Grace, sans oublier les personnages secondaires comme l’étouffant père joué par Sam Shepard ou l’aînée des fillettes jouée par Bailee Madison. Un film qui aura su dépasser les lenteurs d’un triangle amoureux sans suspense pour explorer les évolutions psychologiques de ses protagonistes, allant jusqu’à offrir un final très abouti.

0

Les chèvres du Pentagone

neweartharmy

Improbable titre, improbable casting, mais pourtant irrésistible, « the man who stared at goats » a été le coup de cœur de la fin 2009 pour le Calamar aux USA, un véritable croustillant d’absurdité dans un feuilleté politique. Basé sur un roman de Jon Ronson révélant les expériences de l’armée américaine à la recherche de techniques paranormales, ce film délirant de Grant Heslov nous prévient d’entrée : « more of this is true than you would believe »…

Tout commence en 2003 quand Bob Wilton (Ewan McGregor), reporter du Michigan au cœur brisé, décide d’oublier son chagrin d’amour en faisant du journalisme, du vrai, en trois mots comme en cent : du reportage en Irak. Mais c’est un autre sujet qui va s’offrir à Bob lorsqu’il rencontre un certain Lyn Cassady (George Clooney), qui va lui faire découvrir les secrets de son unité très spéciale. Formée par Bill Django (Jeff Bridges) après la guerre du Vietnam avec pour mission de changer la guerre telle que nous la connaissons, la New Earth Army prépare ses recrues à utiliser leurs pouvoirs psychiques pour faire la guerre sans autre violence que celle issue de leur esprit. Au menu pour ces apprentis « guerriers Jedi » (jolie résonance avec le passé d’Ewan McGregor) à l’intuition surdéveloppée : cours de danse et passages à travers les murs, invisibilité et façonnage de nuages, rien que ça ! Autant de capacités surhumaines qui mène la paire Clooney/McGregor sur les traces d’un Django apparu en vision à son protégé Cassady, convaincu que malgré une terrible malédiction qui pèse sur lui, il a reçu la mission d’aller secourir son mentor..

Mais que viennent faire les chèvres là-dedans me direz vous ? Et bien elles représentent le tournant dans la vie de Lyn. Forcé d’utiliser ses pouvoirs contre l’une d’entre elles, il claque la porte de son armée de hippies, convaincu que de telles capacités ne peuvent être utilisées pour faire le mal. Une vision totalement opposée à celle de Larry Hooper (Kevin Spacey), l’ennemi maléfique, aujourd’hui devenu responsable d’une équipe de recherche privée sur les … pouvoirs psychiques et paranormaux.

Excellente comédie satirique aux allures de film des frères Coen, Les chèvres du Pentagone fait mouche à chacun des gags tous plus improbables les uns que les autres, servis par un hilarant George Clooney en grande forme, un convainquant Jeff Bridges dans une de ses meilleures performances, un Ewan McGregor impeccable dans le rôle du faire-valoir incrédule, et un Kevin Spacey délicieusement méchant. Les plus intellectuels verront une critique mordante de la guerre et de ses méthodes (qu’on pense seulement à Guantanamo ou Abu Ghraib), de l’idéalisme, du patriotisme américain, ainsi qu’une jolie mise en images de l’histoire du First Earth Battalion de Jim Channon. On regrettera que le film ne dure qu’une heure trente (bien que mieux vaut un film court bien ficelé qu’un film fleuve dilué) !