0

“I’m an exchange student … in exchange, you know.”

huskyplate

Chers les gens qui me demandent si Seattle, c’est cool.

Ben franchement la vérité, ça rocks sa maman tellement y a … une tour et des souterrains. Parait qu’il y a des statues cheloues, et j’ai moi-même de mes yeux vus le quartier sympa de Pioneer Square. Ça n’empêche pas le monde entier de dire du bien de Seattle. Objectivement, c’est très beau comme environnement. Y a de la verdure et des écureuils, des montagnes et des lacs.  Et parfois, le ciel est d’un bleu profond et enjouant. Moi qui suis une méditerranéenne dans l’âme et qui ne supporte pas les températures inférieures à 37°C, donnez-moi une voiture et je serai heureuse. Et puis tiens, soyons fous, donnez-moi le permis de conduire dans la boîte à gants et je considérerai même l’option “utiliser la caisse au lieu de la revendre” pour faire mon bonheur.

Bref, Seattle, c’est cool, mais faut pas abuser. Et puis en plus, ça faisait longtemps que j’avais pas vu un tel vide abyssal dans la scène théâtrale d’une ville (ici, mauvaise foi, parce que je soupçonne ce phénomène d’être généralisé aux Etats-Unis). Allez, rien de rien (à foutre), c’en est fini, je repars sur la route, je vais en échange … depuis l’échange. En plus ça fera les pieds à la DAIE, on va pas se priver.

J’en déduis du mail reçu de UW il y a déjà quelques temps que c’est tout à fait possible. En gros, tu postules à un programme où tu passes un trimestre à l’étranger à étudier des trucs plus ou moins improbables et déconnectés de tout lien avec le pays dans lequel tu te trouves.

Alors certes, je peux comprendre qu’on va en Australie pour étudier l’outback geology. Pour étudier “Health in the Himalayas” (programme de rêve), le Népal est en effet un bon choix. Idem pour le programme d’été en Afrique du Sud sur la coupe du monde de foot. Je vois un intérêt à étudier le surréalisme en France ou la justice internationale aux Pays-Bas. Les bons vieux classiques “langage et culture” ou “culture & communication” peuvent très bien se faire en Chine et en Argentine.

Mais y a quand même des programmes, c’est juste délectable à qui sait apprécier cet art doux qu’est le cynisme.

  • Cambodia :  Children’s Rights Law & Business (j’adore la juxtaposition, et oui, le business d’enfants)
  • Chile : Public Health
  • Georgia : History, Culture & Conflict (ça résume bien)
  • India : Women’s Leadership; Health (un pays modèle)
  • Italy : Art; Astronomy; Cinema; Design; Public Health, Law (le bordel italien)
  • Micronesia : Culture & Climate Change (où toi aussi tu te rends compte que malheureusement, on ne tient pas un trimestre juste avec la culture micronésienne. Alors PAF tu colles un gros sujet à côté.)
  • Russia : Communication, Culture & Health (c’est bon c’est bien c’est dans l’ordre : tu communiques, c’est dans ta culture, tu finis à l’hôpital -dans le meilleur des cas-)
  • Thailand : International Business; Nursing (là aussi, très bonne juxtaposition des projets, l’infirmière PREND l’enfant et le businessman écoule le stock)
  • Zambia : Anthropology (j’ai un peu peur).

Merci UW.