0

¡Maldita su estampa!

huskyplate

Je commence à penser à concevoir l’éventualité d’être … maudite (ce qui serait cool, à vrai dire. Ça me donnerait un côté atypique et original qui manque à mon personnage.) Vous allez me dire « ben c’est pas trop tôt, t’en as mis du temps à t’en rendre compte ». Oui mais parfois, je peux pas m’en empêcher, j’ai de l’espoir. Ça me rappelle toutes ces années de cathé tiens, où on t’expliquait que l’espoir c’était bien, mais que l’Espoir c’était mieux. Et ils étaient tous persuadés qu’à l’oral, t’entendais vraiment la différence qui ne porte au final que sur la majuscule et quelques guerres de religion.

Tuer pour Dieu, ça reste quand même un peu tiré par les cheveux de Francis Lalanne, sosie officiel de Jésus. Blasphème, j’imagine pas les cheveux de Jésus comme potentiellement très propres. Le Saint-Suaire, c’est pas un peu dégueu quand même comme idée ? Est-ce qu’un mec qui utilise Axe et Head & Shoulders laisserait de telles traces sur ses draps ? NON. Ben voilà.

Je suis plus à un outrage près remarque. Un jour, dans ma prime enfance (genre en 10ème) on m’a demandé de réfléchir à « pourquoi est-ce que sur la croix, Jésus dit à Marie « Mère, voici ton fils » (elle montre Jean), « Jean, voici ta mère » ? ». Mon explication, simple et précise, c’était : à mon humble avis, un mec dont on a cloué les mains et les jambes a le droit de perdre un peu la tête. Ils ont pas aimé, les « chrétins ».

Sans compter que je ne fais pas confiance aux gars qui naissent approximativement un 25 Décembre An approximativement 0 (JC, né en 6 avant JC. BEN CA COMMENCE BIEN.) pour mourir approximativement en Avril de la même année. Et après on me sort que « Dieu sait que bla bla ». Et ben si Dieu sait, qu’il le dise, merde, parce que là on est dans le flou calendaire artistique, ça me perturbe. Fini de parler à l’échelle du quartier, de la région, du pays, bientôt les habitants de la planète X42FZ demanderont quelle est la date et l’heure sur la Terre. Réponse pratique : « Ben tu vois, il est 14h17 à Paris mais pas pareil à Moscou ou à Caracas. Et puis d’ailleurs 2010 mon oeil, chez les musulmans on est en 1431, chez les juifs en 5770, chez les arméniens en 1459 (lol), chez les chinois on est dans le cycle 78, année Ji-chou». Et voilà. Le bordel. Ça nous mène à quoi ça ? Ben tous en string peints en bleu sur Avatar. (disclaimer : je l’ai pas vu, je sais pas si c’est bien)

Bref. Je conçois mal cette notion du sacrifice pour une idée tout aussi approximative (c’est donc une habitude). C’est un peu comme si j’allais me jeter du haut du ministère des finances parce que Chri-chri Lagarde aurait dit que la croissance serait approximativement stable. Traduction : OUH SHIT, la stabilité dans la nullité. La continuité dans le changement comme disait Pompidou (« Ah oui mais on change rien. Ah ben continuons ! »).

M’apparaît bien plus sensé le don de soi pour une chose aussi matérielle que du poulet tandoori ou une carte Flying Blue Platinium.

Tout le reste dans la vie n’a que peu d’importance.

Le problème c’est que je suis éternellement rejetée. J’adore les ordis, mais ils ne m’aiment pas. J’adore les avions, mais ils ne me le rendent pas non plus.

Exemple. Mon vol est à 13h45. Parce que je suis une buse et que j’aurais bien assez de la mort pour dormir, je me prépare à aller dormir à 6h. Là, je reçois un mail d’Air France « ah ben non, ton vol il est à 15h40 ». Et là, le drame. Tu checkes sur le mail : 15h40. Tu checkes sur le site d’Air France, 15h30 (mmh). Tu checkes sur l’aéroport de SeaTac où tu vas quand même rentrer dans l’avion, hein, c’est quand même un lieu important pour la bonne réalisation de tes vacances, et par extension pour ta santé psychologique. Et bien sur le site de SeaTac, paf, 1h45pm on time. Fuck.

J’ai donc officiellement le premier billet où c’est écrit embarquement : 14h55, départ : 13h45. Sont forts chez Air France !

Au final tout est bien qui a commencé mal, je trouve le guichet d’Air France qui doit dater de l’âge de Mathusalem -alias מְתוּשֶׁלַח- où les inspecteurs d’hygiène contrôlaient encore les kebabs de la rue de la Huchette. Au passage, j’ai testé les hot dogs à l’aéroport (l’amour du risque tinninninininninninnin), et fait la connaissance de Seid, qui s’appelle en fait Mohammed (euuuh), et qui restera à jamais la seule personne à kiffer ma main de Fatma dans un aéroport.

Mais venons en à l’avion, où je suis accueillie par une hôtesse à la voix de Marie-Thérèse Porchet (drame n°1). En fait, j’aimerais qu’on m’explique. Est-ce que c’est moi qui cherche les trucs improbables, ou est-ce que c’est tout le temps comme ça.

  • Chef de cabine avec un accent du sud à découper au couteau (« vingtsécatre ») : « C’est votre chef de cabine. *silence* Nous sommes en train de compter … afin de. Silence. Partir. » ET OUI il a cherché une raison autre que « pouvoir décoller », c’est ça le professionnalisme.
  • « Merci de rester assis et de ne pas quitter votre siège ». NON moi je reste assis mais je quitte mon siège, t’as un problème avec les gens qui sortent de leur corps, hein, C’EST CA ?
  • « Le comptage est terminé, on peut fermer les portes ! MERCI ! » = Enthousiasme.
  • L’accent le plus parisien du cosmos : « BONJOUR jmappelle Marc, et on va à Paris. Moi-même et votre commandant de bord Monsieur Frein … ». = Oh noes.
  • “Merci d’avoir choisi ce vol opéré en coopération avec nos partenaires et AMIS Delta Airlines !”. = Bisounous.
  • L’accent le plus français du cosmos : « sorry for the delay, due to the poor condition due to the snow. In Paris, euh, we expect snow, and we expect … delay. »
  • “By the way, we expect turbulence during approximately 1 hour after departure and 1 hour before arrival. I wish you a very pleasant flight”. = lol.

Là moment de la vidéo de démonstration produit au cas que tu meurs. Tout d’abord, mais pourquoi tu les habilles comme ça les hôtesses ? Pourquoi ce petit foulard à la con qui dépasse ? Moi ça me perturbe, j’écoute plus. Je ne note plus que la tête des gens qui reçoivent le masque à oxygène « en cas de dépressurisation ». Ça se sent qu’elle a lieu y a longtemps la dépressurisation, parce qu’ils ont l’air pétés. Et même pas inquiétés par « les portes seront ouvertes par l’équipage ». Ou pas j’ai envie de dire. Y a des fois, elles s’ouvrent toutes seules, ou avec l’aide d’un autre avion. Ou d’un terroriste, ça dépend.

Tiens, ils réitèrent. « Merci de maintenir votre ceinture attachée quand vous êtes assis ». C’est vrai que si on la maintient quand on est debout, on va pas loin. Et pourtant moi j’aimerais bien fuir. Drame n°2, le mec qui flippe en avion.

  • Wherrrre arre you ?
  • Euh, dans l’avion, mais à la base assise à ton siège, ducon. Alors pousse-toi ou je m’assied sur tes genoux. Ah zut, souviens toi, tu es en société. Well, I should be seated right where you are, but it doesn’t matter. (SIIIIIII CA MATTER, si j’ai réservé CE SIEGE précisément en NOVEMBRE Coco, tu crois bien que JE LE VOULAIS, ALORS DEGAAAAAAAAAAGE).
  • Thank u verrrry much.

Mais surtout, drame n°3. Il se met en tête de me parler. Et merde. Me voilà donc coincée à côté d’un mec, qui fait grec, mais le mec tu le grilles à environ, pffft, 7053 pieds d’altitude. Il décide de me raconter qu’il vient de Patra « au sud de la Grèce » (moi j’appelle pas ça le Sud mais bon), qu’il fait un changement à Paris terminal 2E, qu’il flippe parce qu’il est jamais allé là-bas, qu’il aime beaucoup Polytechnique (j’ai dit Sciences Po hein, mais bon, Sciences Po, Sciences Polytechnique, on finira tous par faire de la plomberie hein -surtout moi-), qu’il aimerait bien dormir (BEN VAS-Y JE TE RETIENS PAS) mais qu’il y a de la lumière (toi avoir masque dans pochette, toi prendre toi dormir toi pas faire chier) blablablablabla. Et puis après, il aurait pu mettre l’un des extraordinaires 81 films proposés par la compagnie. 81 films dont la Marche de l’Empereur, le Perroquet Rouge, Goodbye Lenin et Love Actually. Mais non, il a passé en boucle Like a Virgin de Madonna.

J’aurais vraiment dû aller en Grèce.

Après, ce sont peut-être mes perceptions qui sont perturbées par la carte d’Air France. Elle t’affiche les villes importantes : Chartwell, Brighton, Dunkerque, Gant, Calais, Paris (wééé), Fontainebleau, Thoiry. On en déduit donc que Fontainebleau est dans les 5 villes les plus importantes de France.

Tu t’éloignes, tu t’attends à une série de capitales. Et ben non : Mulhouse, Dijon, Luxembourg, Limoges, Nantes, St-Hélier (oui, on cherche loin là), Manchester, Lille, Rotterdam. Paris et Londres vont donc se faire voir.

Méga zoom out : Paris est de retour, Montpellier (devenue 2e ville de France. Si ils suivent les résultats de la L1, je cherche Bordeaux là), Porto, Séville, Tel Aviv, Addis Abebba, Oran, Sfax.

Air France, vous ne vous perdrez plus avec nous par hasard.